La « génération Covid », en master aujourd’hui, toujours en proie aux difficultés : « Lorsqu’on a repris les oraux pour la première fois à la fac, je ne savais plus m’exprimer »

Un article du Monde, par Mossane Faye, Le Monde, publié le 24 avril 2024

Ils étaient au lycée lorsque la pandémie a éclaté et ils ont fait leurs débuts dans le monde de l’enseignement supérieur en plein confinement. Quatre ans après, ces étudiants reviennent sur leurs premières années d’études un peu particulières.

Stay home. Research blog

Based on ethnographic fieldwork in Danish homes, this blogpost discusses the spatial zones and thresholds of privacy, focusing on the filtering of privacy in and out of homes and cities. It is suggested that the idea of privacy is under transformation along with changing spatial settings[ii].

“I shall discuss the filtering of privacy in and out of homes and cities from the point of view of spatial anthropology. The discussion takes its point of departure in the theoretical perspectives on space of Frederik Stjernfelt, Peter Halley, and Michel de Certeau. Moreover, it is based on two of my fieldworks dealing with Danish homes of the upper middle class in the 2000s. In these projects, I focused on the interrelationship of space, things, and humans among well-off neighbourhoods in Aarhus (2001-2004), Sønderborg (2006), and Frederikssund (2006).”

Kirsten Marie Raahauge

https://stayhome.hypotheses.org/

Crise de la covid-19 et confinement : regards sociologiques

Un dossier thématique de la revue Sociologie : 2023/2 (Vol. 15)

Comme d’autres collectifs et institutions, la revue Sociologie n’a pas été épargnée durant cette période et ses activités ont dû composer avec de multiples contraintes. Reprenant progressivement, même à distance, son activité de publication, d’évaluation et de réflexion éditoriale, le comité a souhaité dans le courant de l’année 2020 participer à l’effort collectif de réflexion et d’analyse d’une telle expérience à partir des outils de la discipline principale dans laquelle s’inscrit la revue : la sociologie. Dans la mesure où les effets sociaux de la crise ont affecté toutes les dimensions de la vie sociale, il nous a semblé important qu’une revue telle que Sociologie y consacre son attention. Le comité a donc décidé d’ouvrir un appel à contributions, convaincu que des éclairages empiriques, même provisoires et constitués en un temps très court, étaient nécessaires pour entamer maintenant un travail d’explication et de compréhension de cette crise et de ses effets. Notre appel à contribution, bref, à court délai et volontairement ouvert, donnait la possibilité de faire émerger des analyses portant sur des dimensions très différentes de la crise sanitaire et de ses effets sociaux. Finalement, s’ils sont traversés par des problématiques communes, les cinq articles publiés dans ce numéro reflètent cette diversité thématique, même si ce dossier n’épuise en rien les questions posées par une telle épreuve collective.

Revue Sociologie 2023/2 | Cairn.info

Habiter confinés, domestiquer la pandémie : vers une nouvelle syntaxe habitante ?

Living confined, domesticating the pandemic : towards a new inhabitant syntax ?

Un article issu de cette recherche paru dans la revue Développement durable et territoires

Par Elise Roy, Julie Gangneux-Kebe avec la contribution scientifique de Léa Perraudeau

S’appuyant sur l’analyse des observations détaillées d’un « habiter confiné » réalisées par des étudiants en école d’architecture, cet article veut documenter le vécu de la pandémie, véritable épreuve collective remettant en question les rapports entretenus à nos espaces quotidiens qui sont autant matériels que sociaux. Si les analyses conduites ici viennent souligner des phénomènes déjà connus, elles mettent aussi en évidence des appropriations renouvelées qui pourront s’inscrire durablement dans une nouvelle « syntaxe habitante », faisant de la place au télétravail, et soutenant un rapport à l’extérieur révélé dans toute son importance. En nous privant d’un répertoire spatial large, le confinement nous a menés à recomposer nos territorialités et à une évaluation inédite de notre cadre matériel et de la valeur de nos spatialités.

Habiter confinés, domestiquer la pandémie : vers une nouvelle syntaxe habitante ? (openedition.org)

Partir : mobilités résidentielles et conditions de logement en France pendant l’épidémie de Covid-19

Un article de Guillaume Le Roux, Anne Lambert, Catherine Bonvalet et ali

Au printemps 2020, un confinement national a été décrété en France pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 – le plus long et le plus strict jusqu’à ce jour. Celui-ci a entraîné des mouvements spontanés de populations, largement médiatisés autour de la figure de l’exode urbain des Parisiens. Mais les départs des grandes villes vers les campagnes ont-ils été les seuls types de mobilité pendant cette période ? Et que nous apprennent en retour les mobilités de confinement sur les pratiques résidentielles et conditions de logement ordinaires des ménages, ainsi que sur les ressources mobilisées pour faire face à ces situations exceptionnelles ? À partir de l’enquête EpiCOV (Inserm-Drees) conduite en France auprès d’un échantillon de 135 000 personnes de 15 ans et plus à la fin du premier confinement, cet article analyse les différents types de mobilités résidentielles sur le territoire français au printemps 2020. Sans pouvoir présager du caractère durable ou non de ces mobilités, ni de leur répétition au cours des différentes phases de confinement, l’analyse souligne l’hétérogénéité des pratiques de mobilités, saisies ici en termes de distance parcourue, d’évolutions de gradient d’espace urbain, de type et conditions de logement, ainsi que la variété des ressources mobilisées selon le sexe, l’âge et la position sociale des individus. Si les mobilités de longue distance concernent plus souvent des populations aisées, les déplacements de proximité sont quasiment aussi fréquents et concernent des fractions plus hétérogènes de la population.

Partir : mobilités résidentielles et conditions de logement en France pendant l’épidémie de Covid-19 (openedition.org)

Une BD sur la gestion de la crise sanitaire par l’Université d’Angers

Vanessa Bazsalicza, doctorante de l’IAE Angers, cherche à comprendre comment les collectifs se sont organisés et ont agi pour répondre à l’urgence durant la crise du Covid-19. « Je souhaite démontrer comment les membres de la communauté universitaire se sont adaptés et quelles ont été les transformations depuis, détaille la doctorante, qui s’interroge. Comment les pratiques d’improvisation collective favorisent-elles la construction du sens ? Comment conduisent-elles à une meilleure gestion des vulnérabilités organisationnelles ? Dans le cadre de ma thèse, j’ai un impératif de vulgarisation et la BD est un moyen efficace pour communiquer : c’est un bel objet qui peut témoigner de l’engagement des collectifs. »

https://www.univ-angers.fr/fr/recherche/actualites/actus-2022/une-bd-sur-la-gestion-de-la-crise-sanitaire-par-l-ua.html

EXPOSITION VIRTUELLE « ARCHIVES DE QUARANTAINE »

Le projet Archives de Quarantaine a été lancé lors du premier confinement en 2020 pour inciter archivistes et citoyens à conserver les traces produites durant la crise sanitaire du Covid-19.

L’exposition virtuelle · L’exposition virtuelle · Archives de Quarantaine (archivesquarantainearchief.be)

Deux ans plus tard, l’exposition virtuelle valorise les archives collectées et met en lumière le travail des archivistes. L’Association des archivistes francophones de Belgique (AAFB) a demandé aux archivistes des différents centres participants de choisir quelques éléments qui les avaient marqués.

Les éléments mis en ligne le 18 mars 2022 sont une première sélection pour marquer les deux ans du confinement. L’exposition pourra être complétée par la suite, ouvrant la voie à une valorisation plus large des archives francophones belges.

Éditeur responsable : Association des archivistes francophones de Belgique (AAFB)
Chargée de projet AAFB : Clara Beaudoux
Coordinatrice AAFB : Sarah Lessire
Conception du portail Web : Lionel Vanvelthem
Courriel de contact : secretaire@archivistes.be

Retour dans la famille

Par Lou MARBEAU, étudiant en L1 à L’ENSAB

À l’annonce du confinement deux choix se sont offerts à moi, rester dans ma colocation à rennes ou rentrer dans la maison familiale. Le deuxième choix s’est vite imposé, influencé par la volonté parentale. Avec du recul c’était la meilleure décision à prendre. J’ai pu profiter d’un grand jardin, et d’une maison suffisamment grande pour que personne ne se marche dessus. La répartition des espaces s’est rapidement mise en place. Cependant ma chambre, que j’avais laissé a l’abandon en déménageant, à nécessité quelque changement, comme l’ajout d’un bureau. De plus, la maison se situant sur la côte, je me baladais régulièrement sur la plage au début du confinement. Lorsque le gouvernement à pris la décision d’interdire l’accès aux plages et sentiers maritime, je me suis repliée sur le rebord de fenêtre de ma chambre ou je pouvais observer la mer, de loin et les aller et venues des promeneurs.

Plan habité par Lou Marbeau, 2020

Avoir un jardin et une maison spacieuse

Par Anouchka Trarieux, étudiante en L1 à l’ENSAB

Lors de l’annonce du confinement je suis retournée vivre chez mes parents à Nantes. Même si la maison est celle de mon adolescence et que je m’y sens chez moi j’ai dû tout de même me ré-apprivoiser des espaces pourtant bien connu. Ma chambre par exemple me semblait étrangère n’y habitant plus depuis septembre, je devais donc essayer d’y retrouver un semblant de familiarité.

J’ai ressenti le confinement comme un retour en arrière, une perte d’indépendance. Ré-apprendre à vivre avec ma famille a été un challenge et de nombreuses fois source de conflit même si dans l’ensemble nous avons plutôt bien réussi à cohabiter au vu de la situation.

Avoir un jardin et une maison spacieuse a été une réelle chance durant ses deux mois, cela nous a per- mis à tous de créer des espaces de travail et de loisirs. Nous avons par exemple inventé des tournois de jeux en extérieur quotidiens, nous permettant de passer du temps ensemble sans pour autant se marcher dessus.

Vivre enfermée durant deux mois m’a fait réaliser que les interactions sociales, les sorties entre amis et les journées de cours à l’école étaient très importante dans mon quotidien, qu’elles participaient presque entièrement à mon bonheur.

Par Anouschka Trarieux, 2020
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search