L’îlot ouvert enfermé : l’îlot Prairie au Duc, fabriques habitantes et relectures confinées

Aline Segons, mémoire de Master, Ensa Nantes, juin 2021

S’appuyant sur une enquête socio-anthropologique menée sur l’îlot Prairie au Duc, situé sur l’Ile de Nantes, le mémoire s’interroge sur l’habiter, et sur les impacts d’une architecture sur un quotidien. La situation de confinement est venue bousculer la manière d’y faire enquête et a agi comme un révélateur puissant des appropriations à l’œuvre et de logiques résidentielles qui s’inscrivent singulièrement dans un cadre bâti, sous contrôle du syndic.

Cet îlot a la typologie particulière d’un îlot ouvert : huit immeubles indépendants aux hauteurs variables sont disposés sur la parcelle de manière à multiplier les ouvertures en façade et dégager un espace planté en cœur d’îlot, accessible aux habitants. Par ses vis-à-vis et ses espaces communs, l’îlot ouvert met nécessairement en relation ses habitants. Le mémoire cherche à comprendre finement les processus et les modes d’habiter de ceux qui y vivent [d’après l’auteur].

Accès en ligne: https://biblio.nantes.archi.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=52450

Créer des liens plus forts

par Sylvain Germond, étudiant en L1, ENSA Nantes

Dans un premier temps, je songe à une période de repos, de ressource à la campagne. De revivre pendant un certain temps, la vie que j’avais pu avoir étant plus jeune. Dans les premières semaines, j’ai vécu cette période comme un temps d’adaptation, de reconquête avec la nature, les loisirs que j’avais pu perdre dans ma vie à Nantes. Sorties en forêt, vélo, bricolage, jardinage, grands travaux de village. Mais aussi dans la vie du logement, qui a été marquée avec une intense activité de jeux de société. Cela a permis de tous se retrouver.

Car dans mon confinement, s’ajoute en plus de mes parents, ma sœur et son copain de 21 ans, qui n’a pas pu rentrer chez lui pour son confinement. Il a déjà vécu quelques petits moments dans la maison. Ce début de période lui a permis, et nous a permis de l’intégrer dans le foyer familial et ainsi créer des liens plus forts.

Sylvain Germond, plan habité, avril 2020

Le chant des oiseaux

par Enola Garion, étudiante en L1, ENSA Nantes

Même si le confinement implique d’avoir moins de contact avec les autres, la cohabitation avec mon père et ma sœur (ou ma mère et ma sœur) change de la vie étudiante adoptée dans mon logement à Nantes qui impliquait de vivre seul. Elle se passe cependant très bien puisque nous avons à peu près le même rythme de vie (nous nous levons et couchons à la même heure, nous faisons du sport le matin et travaillons l’après-midi).Le fait de retourner dans le logement familial m’a permit de me rendre compte de la différence entre vivre dans un logement étudiant et dans une maison familiale. J’avais en effet oublié la bonne humeur que me procurait un réveil avec le chant des oiseaux, de pouvoir profiter de son jardin ou encore de partager des repas en famille.

Les temps consacrés aux repas sont également synonyme de discussion pour nous, cet échange me paraît d’autant plus intéressant lors de cette période qui nous mène à nous poser beaucoup de questions.

Enola Garion, relevé habité, avril 2020

Entre amies en bord de mer

par Jade Bernard et Amandine Prost, étudiantes en L1, ENSA Nantes

Quand la période de confinement a été annoncée, on était encore à Nantes. On vivait toutes les deux dans nos petits appartements d’une vingtaine de mètres carrés à peu près. Et puis il nous restait quelques jours pour décider de notre résidence pour une durée qui était à l’heure actuelle indéterminée. Donc là Amandine a passé un appel à sa grand-mère, et il se trouve que la maison familiale qui est en bord de mer était pas occupée par d’autres membres de la famille – là t’as raccroché- et puis sans trop réfléchir on a ramassé un maximum d’affaires et puis on est parties.

“Pour ma part j’appréhendais un petit peu de venir ici parce qu’il faut savoir que quand je viens dans cette maison-là, c’est pendant les vacances, avec mes cousins, et on est au moins une petite dizaine, toujours. Et là de me dire qu’on allait être que deux ça me faisait vraiment bizarre”

Amandine

” On savait pas vraiment comment ça allait se passer, si c’était la bonne décision ou pas de venir ici à deux.”

Jade
Amandine Prost et Jade Bernard, coupe vidéo, avril 2020

L’appartement de mon adolescence

par Louise, étudiante en L1, ENSA Nantes

Une annonce assez soudaine qui a bouleversé nos organisations. Les clés en main, nous voilà partis pour retrouver le domicile familial. Un appartement quitté depuis seulement sept mois, mais qui me semble déjà bien loin. Un appartement de modeste taille, mais qui pourtant nous a permis de créer de nombreux souvenirs dans un environnement que nous ne connaissons que peu. Des habitudes de vie familiale perdues et des espaces réappropriés.

Mais pour combien de temps vais-je devoir quitter mon nouveau quotidien ? et vais-je pouvoir retrouver un espace personnel au sein de leur organisation spatiale ? de nouveaux meubles peut-être ? Un espace, un appartement oublié depuis l’été dernier, allons découvrir ensemble cet appartement de mon adolescence.

Louise, vidéo dessinée, avril 2020

Etouffer malgré l’espace

par Pauline Bolut, étudiante en L1, ENSA Nantes

Voilà un mois que je suis de retour dans le logement familial qui m’accueille pour le confinement. La place ne manque pas, pourtant je commence à me sentir un peu plus à l’étroit chaque jour à tout partager. Je ne ressens pas le besoin de m’échapper de la maison pour souffler, il faut dire que le jardin nous sauve de cet étouffement. Pourtant, les promeneurs empruntant le sentier qui longe mon jardin ne m’apaisent pas quand j’y suis. Au sens contraire, l’angoisse émerge quand j’observe ces familles faire ce qu’il nous est interdit et que je me force à respecter les restrictions. Je n’ai pas la responsabilité de sortir, pourtant il faut bien affronter les risques pour nos besoins. Ce sont mes parents qui se chargent de faire les courses.

Nous sommes grandement exposés aux risques de contamination. Ma mère est au premier rang en tant que médecin. Elle rentre du travail, exténuée. C’est le même schéma après chaque journée à l’hôpital : quelques minutes pour prendre le temps de se désinfecter en arrivant, pas d’embrassades, pas de câlins, elle file vers la douche. Un rythme qui se répète la majorité de la semaine. Les premiers jours de confinement ont été éprouvants car je ressens la peur de mal exécuter les gestes barrières, à demander à ma mère qui vient de franchir le pas de la porte «  tu as mis du gel? ».

Pauline Bolut, dessin, avril 2020
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search