EXPOSITION VIRTUELLE « ARCHIVES DE QUARANTAINE »

Le projet Archives de Quarantaine a été lancé lors du premier confinement en 2020 pour inciter archivistes et citoyens à conserver les traces produites durant la crise sanitaire du Covid-19.

L’exposition virtuelle · L’exposition virtuelle · Archives de Quarantaine (archivesquarantainearchief.be)

Deux ans plus tard, l’exposition virtuelle valorise les archives collectées et met en lumière le travail des archivistes. L’Association des archivistes francophones de Belgique (AAFB) a demandé aux archivistes des différents centres participants de choisir quelques éléments qui les avaient marqués.

Les éléments mis en ligne le 18 mars 2022 sont une première sélection pour marquer les deux ans du confinement. L’exposition pourra être complétée par la suite, ouvrant la voie à une valorisation plus large des archives francophones belges.

Éditeur responsable : Association des archivistes francophones de Belgique (AAFB)
Chargée de projet AAFB : Clara Beaudoux
Coordinatrice AAFB : Sarah Lessire
Conception du portail Web : Lionel Vanvelthem
Courriel de contact : secretaire@archivistes.be

Retour dans la famille

Par Lou MARBEAU, étudiant en L1 à L’ENSAB

À l’annonce du confinement deux choix se sont offerts à moi, rester dans ma colocation à rennes ou rentrer dans la maison familiale. Le deuxième choix s’est vite imposé, influencé par la volonté parentale. Avec du recul c’était la meilleure décision à prendre. J’ai pu profiter d’un grand jardin, et d’une maison suffisamment grande pour que personne ne se marche dessus. La répartition des espaces s’est rapidement mise en place. Cependant ma chambre, que j’avais laissé a l’abandon en déménageant, à nécessité quelque changement, comme l’ajout d’un bureau. De plus, la maison se situant sur la côte, je me baladais régulièrement sur la plage au début du confinement. Lorsque le gouvernement à pris la décision d’interdire l’accès aux plages et sentiers maritime, je me suis repliée sur le rebord de fenêtre de ma chambre ou je pouvais observer la mer, de loin et les aller et venues des promeneurs.

Plan habité par Lou Marbeau, 2020

Avoir un jardin et une maison spacieuse

Par Anouchka Trarieux, étudiante en L1 à l’ENSAB

Lors de l’annonce du confinement je suis retournée vivre chez mes parents à Nantes. Même si la maison est celle de mon adolescence et que je m’y sens chez moi j’ai dû tout de même me ré-apprivoiser des espaces pourtant bien connu. Ma chambre par exemple me semblait étrangère n’y habitant plus depuis septembre, je devais donc essayer d’y retrouver un semblant de familiarité.

J’ai ressenti le confinement comme un retour en arrière, une perte d’indépendance. Ré-apprendre à vivre avec ma famille a été un challenge et de nombreuses fois source de conflit même si dans l’ensemble nous avons plutôt bien réussi à cohabiter au vu de la situation.

Avoir un jardin et une maison spacieuse a été une réelle chance durant ses deux mois, cela nous a per- mis à tous de créer des espaces de travail et de loisirs. Nous avons par exemple inventé des tournois de jeux en extérieur quotidiens, nous permettant de passer du temps ensemble sans pour autant se marcher dessus.

Vivre enfermée durant deux mois m’a fait réaliser que les interactions sociales, les sorties entre amis et les journées de cours à l’école étaient très importante dans mon quotidien, qu’elles participaient presque entièrement à mon bonheur.

Par Anouschka Trarieux, 2020

Comment s’adapter et organiser son espace de travail durant une période particulière ?

Par Nicolas Loisel, étudiant en L1 à l’ENSAB

LOISEL-Nicolas_synthèse_auto_enquête_de_confinement

À l’annonce du confinement, j’ai quitté mon appartement et je suis retourné deux mois au domicile familial près du Havre (Seine-Maritime). J’ai vécu de façon continue avec ma mère et ma grande sœur. Il faut savoir que j’avais anticipé le fait de ne pas avoir tout le matériel nécessaire au travail chez ma mère. Je me suis muni de ce dont j’avais besoin comme l’ordinateur portable, outils de dessin, carnet ainsi que de carton afin de poursuivre les différents enseignements à distance. Premièrement, j’ai installé mon espace de travail sur la table à manger du séjour, ce qui me permettait de profiter de ma famille tout en travaillant. Peu-à-peu, au fil des jours qui passent, j’ai changé mon espace de travail car j’étais distrait pas les discussions et activités que pouvaient faire ma mère ou ma sœur dans la même pièce. Je me suis donc installé dans ma chambre, lieu de calme et quiétude pour suivre les cours et travailler à distance. Cela m’a permis de trouver plus de concentration et d’efficacité. Il y’a également les visioconférences qui m’ont fait changer d’espace car je ne voulais pas déranger ma famille et ne pas être dérangé. J’ai donc poursuivi le télétravail jusqu’en fin d’année universitaire, car je ne suis pas retourné dans mon appartement au déconfinement. Durant cette période, le fait de disposer d’un jardin extérieur m’a fait un grand bien car il me permettait de déconnecter du travail et de sortir faire des pauses. J’ai ressenti un manque car je n’étais pas en contact réel avec des personnes extérieures à mon domicile (famille, amis, camarades…). C’est pour moi une chance en pleine année universitaire de partager plus d’activités en famille (recettes, jardinage…). Dans l’ensemble, parfois avec des tensions dans la maison, nous avons bien vécus le confinement et avons réussis à cohabiter en trouvant chacun espace dans lequel on se sent bien afin de se réunir le soir en famille et ne pas se lasser. Cette période étrange que j’ai vécu a permis de me recentrer sur moi-même, de voir les choses importantes et celles qui ne l’étaient pas, de revoir ma façon de consommer et bien sûr de pouvoir organiser sa journée comme je le souhaite ainsi que de perfectionner mon anticipation.

Par Nicolas Loisel, 2020

Confiné en famille dans une maison individuelle en campagne : comment investir l’espace pour travailler ?

Par Julien Garnier, étudiant en L1 à l’ENSAB

Habité en famille ensemble pendant plusieurs mois durant le confinement est difficile, en ce qui concerne l’appropriation des espaces. Certains sont partagés comme le salon pour regarder la télévision, ou encore la terrasse, qui a permis de se ressourcer et travailler (CM à lire et écouter) en extérieur en harmonie avec la nature ; et d’autres, se sont « fortifiés », comme les chambres, pour conserver le calme, lié au travail qui continue en cette période difficile. Ma chambre est passée d’un espace de travail et de repos à un espace essentiellement assimilable à un atelier. Les pièces perdent de leur fonction initiale et deviennent essentiellement des espaces de travail lié au manque de place pour dessiner, et au télétravail, chacun réalisant sa visioconférence dans une pièce. De même la notion de temps disparaît et on entre dans une routine du travail permanent par les horaires décalés nécessitant de s’organiser spatialement et mentalement. Habitant à la campagne toute l’année chez mes parents, le confinement n’a pas engendré d’importants changements. Cependant, il m’a permis de renforcer ma vision de l’espace rural avec ses avantages et désavantages comme les problèmes de connexion et l’isolement, mais la présence de la végétation, les promenades le long de la rivière sous les bois, et l’absence de bruits urbains, m’ont redonné le désir d’habiter en campagne. Le rapport avec l’extérieur pour ne pas rester cloîtré chez soi a été le plus important en se posant en face d’une fenêtre pour voir la nature et obtenir le plus de lumière. Ne plus prendre les transports (3h/jour) fut un grand gain de temps qui fait que j’ai préféré travailler en période de confinement malgré la difficulté de dissocier la vie familiale, les loisirs et le travail, la maison devenant le lieu de toutes ces activités auparavant dissociées.

Croquis et plan habité par Julien Garnier, 2020

Vivre dans l’appartement familial

Par Maya BASSET, étudiante à l’ENSAB

J’ai passé le confinement avec ma mère dans l’appartement familial à Rouen. Nous étions deux dans un T4 , donc l’espace était suffisant et nous avions la chance d’avoir des balcons. Cependant au fur et à mesure des journées, les pièces ont changé de fonction. Il était devenu important de marquer une différence entre espace de travail et de vie. Marquer la mise en route du travail, comme le chemin vers notre établissement qui permet de conditionner son esprit à un temps dédié au travail. Il était aussi important de marquer la fin de ce temps. C’est pour ça que j’ai eu la nécessité de m’installer dans une pièce différente de ma chambre pour le travail. Puis, avec le manque de plus en plus pesant de l’extérieur, l’importance d’un espace agréable pour le travail m’est apparu primordial. Il m’a fait rendre compte de l’importance d’avoir des espaces modulables au gré des fonctions, et des temps de la journée. De plus, avoir la possibilité de s’isoler lorsque l’on partage un logement est incontournable. Depuis, les pièces ont retrouvé leur apparence et leur rôle d’avant le confinement, cependant certains espaces, comme le balcon, ont été davantage valorisé et aménagée.

Croquis de l’espace bureau par Maya basset, 2020

Partage et polyvalence des espaces de travail

Par Josepha GUITEAU, étudiante en L1 à l’ENSAB

Le travail lié à mes études en architecture a incontestablement dicté, durant le confinement, mon organisation spatio-temporelle au sein du logement. Si j’avais l’habitude de profiter pleinement de mon habitation, en recevant des ami.e.s dans le salon ou en bouquinant autant dans ma chambre que dans le salon, j’ai dû radicalement changer ma manière d’habiter, notamment en la réduisant aux seuls endroits où se situait mon ordinateur, devant lequel je passais la quasi-totalité de mes journées. En début de confinement, je partageais équitablement le bureau – aménagé au sein de notre appartement de type T3 à Rennes – avec mon copain, également en télétravail. Au fur et à mesure, j’ai occupé continuellement cette pièce pour des raisons matérielles, délaissant l’autre zone dédiée à cet effet, à savoir la grande table à manger du salon, tandis que mon copain transforma d’autres espaces pour travailler. Ainsi s’installa-t-il dans la cuisine, sur la table basse ou sur un bout de canapé dans le salon, élargissant l’usage et la fonction habituels de ces pièces. Cette expérience aura démontré que tout lieu peut s’adapter, sur le court terme, à une activité. Une pièce se caractérisant par son intensité lumineuse, ses isolations phonique et thermique et par son rapport à l’extérieur, elle ne peut se limiter à une seule et unique destination mais possède un potentiel fonctionnel plus large, une polyvalence parfois insoupçonnée.

Plan habité mars-mai 2020 par Josepha Guiteau

Un confinement en bord de mer

Par Mathis GRELAUD, étudiant en L1 à l’ENSAB

Pour le confinement je suis rentré chez mes parents sur La Rochelle, dans un appartement face au port de plaisance. On s’est donc retrouvé en famille, mes parents, mon frère et moi dans un T3 au sein d’une résidence récentes située dans un quartier proche du centre-ville, mais avec un tissu urbain un peu moins dense.

Lors de mon départ de Rennes le samedi 14 mars avant le confinement, j’avais seulement prévu quelques affaires de rechange et surtout un maximum de matériels pour pouvoir travailler. Je comptais retourner à Rennes pour continuer mon job étudiant donc c’est un pour cela que j’ai voyagé léger. Au début, l’organisation n’était pas si simple, les profs de l’ENSAB prenaient peu à peu leur marque et l’enseignant de mon frère aussi, donc il fallait trouver un espace pour que chacun puisse se concentrer. Puis, peu à peu les espaces se sont distribués pour que mon frère et moi puissions travailler sans nous déranger l’un l’autre. Le plus compliqué dans ces moments-là c’était trouver la motivation car, avec les nombreuses tentations que ce soit matériel (jeux vidéo, dessin, lecture…) ou avec ma famille (puzzle, cuisine…), car eux n’avait pas grand-chose à faire donc les rejoindre était plutôt tentant. A l’approche de la fin du confinement les activités de chacun reprenaient peu à peu leur cour, les cours de mon frère étaient plus étoffés, ma mère commençait à reprendre en télétravail, et mon père reprenait c’est journée de travail à la quasi normale

Mathis Grelaud, Plan habité de l’appartement familial, 2020

Être isolée

par Chaima Samir, étudiante en L1 à l’ENSAB

Confiné à Rennes dans un studio T1 ne me posait pas problème ou du moins ce que je croyais. Au prolongement du confinement, je me suis trouvée figé dans mon espace. Les jours se ressemblaient : du lit au WC, de la cuisine au bureau et vice versa. Une boucle interminable. Les espaces se confondaient de plus en plus: le lit pour travailler, le bureau pour stocker… Je me suis rendu compte de l’exigüité de mon logement  qui auparavant me paraissait grand and spacieux. Ne pouvant pas abriter les différentes activités dans cet état, cela suscita chez moi une forte envie de réorganiser les meubles de façon à pouvoir distinguer les espaces de travail, de détente et de loisirs. Non seulement j’ai réussi à trouver une vraie distinction à travers ce changement mais cela m’exhorta de plus à mieux travailler et me motiva pour finir l’année scolaire. Grâce à cette phase, j’ai appris à mieux occuper mon espace pour me l’approprier de manière plus efficace. En outre, j’ai appris comment l’organisation de mon environnement peut avoir un effet sur mon rythme de vie.

Chaima SAMIR, croquis du logement, 2020