Le soleil se lève sur les marais

par Romane Héron, étudiante en L1, ENSA Nantes

Cela fait aujourd’hui quatre semaines et demi que je suis confinée avec mes deux petites sœurs et mes parents dans notre maison. Il fait beau depuis que cette période a débutée, le printemps (presque l’été) est arrivé en même temps que le coronavirus.

De chez moi, aucun bâtiment alentour pour faire de l’ombre, le jardin et la terrasse sont ensoleillés chaque jour du matin au soir, la maison aussi. Il fait bon, même chaud, et nous passons beaucoup de temps dehors. Le jardin est envahit par les pâquerettes et quelques fleurs plantées, l’herbe est bien verte et les arbres feuillus.


Nous entendons le bruit des vagues de la mer, à deux pas, à laquelle nous n’avons plus le droit d’accéder. Les oiseaux chantent toute la journée, on entend aussi beaucoup les grenouilles des mares voisines et parfois les vaches du champs juste en face. L’univers semble aujourd’hui se résoudre à cet environnement proche, je ne suis pas sortie de mon village ostréicole depuis un mois. Je vois le soleil se coucher à travers les arbres depuis la cuisine au lieu de le regarder depuis la plage entourée de mes amis. Chaque jour il se lève sur les marais de l’autre coté, vers 7h30, et les grandes baies vitrées du salon inondent la maison d’une couleur rose orangée.

Romane Heron, dessin, avril 2020

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
habiterconfineslea (2 mars 2021). Le soleil se lève sur les marais. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pepf


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.