Vivre ensemble dans l’isolement

par Gabriel Launay, étudiant en L1, avril 2020

je suis chez mes parents ce qui me permet de profiter d’une grande
maison avec jardin et d’éviter la solitude.
Avant tout, je mange. Et pas seulement parce que j’ai plus le
temps de cuisiner.
Sur les réseaux sociaux, sont nés des groupes qui font des
propositions sur la manière dont on peut passer le temps
utilement; je me suis inscrit à tous, et, après quelques jours, je
me suis rendu compte que je n’avais pas le temps de
m’ennuyer. J’ai sorti de mes étagères Voyage au bout de la
nuit de Céline, mais je n’avais pas vraiment envie de le lire.
Je mange.
Je dors mal.
Ma vie sociale n’a jamais été si palpitante, entre skypéros,
Netflix partys et FaceTime groupés, le tout depuis mon lit. Car
oui, malgré tout l’espace que j’ai dans ma maison je passe le
plus clair de mon temps au lit, à dormir, à travailler, à penser, à
manger…
Je me demande comment ça se passe pour ceux qui ne
peuvent pas rester à la maison, parce qu’ils n’en ont pas.
Je me sens flotter dans un monde irréel quand je sors faire
des courses dans des rues vides. Je sors le moins possible de
ma maison, de ma chambre, de mon lit.
Je me demande si c’est comme ça que s’effondrent les
sociétés, si vraiment ça se passe aussi vite.
Je mange.
Je rigole, beaucoup, avec mes parents, avec mes amis en
ligne, en regardant la toile développer un humour sarcastique,
à se pendre.
Je pense à la planète qui respire à cause de la diminution de
nos activités. Je ne sais pas si j’assiste à la naissance du
monde de demain qui sera merveilleux ou misérable.
Les cours en ligne sont insupportables. Il n’y a plus de
frontière physique entre le travail et le repos. Je passe mes
journées à travailler mais à la fin d’une journée je n’ai rien
produit.
Je pense au fait qu’être enfermé dans une maison avec jardin
ou dans un immeuble populaire surpeuplé : non, ce n’est pas
la même chose. Ce n’est pas la même chose non plus que de
pouvoir travailler depuis chez soi ou de perdre son travail..
Je mange.

Gabriel Launay, photographies, avril 2020

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
habiterconfineslea (2 mars 2021). Vivre ensemble dans l’isolement. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pepp


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.