La prison habitée

par Ribal Tarhini, étudiant en L1, ENSA Nantes

Il y a des jours où je ne peux rien sentir. Avec l’addition de toute sorte de problèmes notamment au niveau financier et mobilier, ca devient spécialement difficile de passer le temps en gardant son calme et sa motivation, tout en essayant de capter les devoirs, les projets, les besoins, des problèmes familiaux et de relation déchirants, le sommeil, l’énergie, etc. Avec ca, vient la douleur. Le problème, ce n’est pas cette douleur. La douleur, ça te fait souffrir, mais ça ne te détruit pas. Le problème, c’est la solitude engendrée par la douleur. Elle te tue à petit feu, te coupe des autres et du monde et, réveille ce qu’il y a de pire en toi. Il y a des jours ou je me déteste de m’aimer autant.

C’est très accablant. Ces 4 murs limités, la sensation atroce de non-productivité, la fatigue, l’éloignement de ma famille et le fait que mes amis sont chez eux et pas sur Nantes, la solitude étouffante, cela me coûte cher et j’ai parfois l’impression de ne plus pouvoir me tenir debout. Mes sources sont également très limitées, j’ai l’impression d’être dépouillé de tout ce que je suis censé être. Mais avec le temps, je m’y habitue et je le surmonte. C’est un choix auquel je dois faire face pour devenir une meilleure personne.

Ribal Tarhini, dessin, avril 2020

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
habiterconfineslea (3 mars 2021). La prison habitée. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pepw


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.