10 m2 à s’approprier

par Harith Orou-Guidou, étudiant en L1, ENSA Nantes

Une chambre étudiante n’est pas un espace destiné à être investi toute une vie. C’est un espace de passage, de transition pour la vie en tant que indépendant. Toutefois, pour s’y sentir comme le “chez soi” tant aimé, il nous arrive de le modifier, de le façonner à notre image à différente période et pendant tout le temps que l’on n’y habite. Il n’est pas permis de réaliser de grands changements dans la chambre, de percer un mur par exemple.

Le meilleur moyen pour moi de m’approprier ce lieu est par l’usage des objets qui définissent mon activité principale et mes passes temps favoris. Ces objets tel que mes appareils électroniques représentent qui je suis et ce que j’aime. Le fait de les avoir dans ma chambre me donne une identité personnelle, une délimitation et un rapport par rapport aux autres dans mon espace. Dans ma chambre, on retrouve mes ordinateurs, ma sono, ma manette de jeu, mon casque; ce sont de petits éléments qui s’inscrivent dans ce qui est le plus importants pour moi : mon activité, mes projets, mon divertissement.

Harith Orou-Guidou, plans modifiés, avril 2020

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
habiterconfineslea (3 mars 2021). 10 m2 à s’approprier. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/peq8


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.