Dans l’appartement familial à Tours

par Léopold Parras, étudiant en L1, ENSA Nantes

Le confinement bouscule nos habitudes de vies, c’est pourquoi nous sommes obligés de nous réadapter, nous ainsi que notre intérieur.

Quotidiennement, cela passe par certains gestes, comme une répartition des tâches ménagères ou des courses. Mais aussi d’autres gestes plus collectifs, comme discuter avec sa voisine âgée ou aller lui chercher du pain.

Notre intérieur change lui aussi. Chez moi par exemple, une place a été aménagée dans la bibliothèque pour poser une tablette dont on ne se servait plus, qui permet de partager des apéritifs avec des amis sur Skype ; la table à manger se transforme en table de ping-pong ; dans ma chambre, l’aménagement d’une table m’a permis de créer un espace “informatique” (cela libère mon bureau), et enfin, le skateboard me manquait, j’utilise donc une ancienne planche dépourvue de trucks et de roues, que je pose sur une bouteille pour effectuer des exercices d’équilibre, qui complètent mon exercice physique quotidien.

Léopold Parras, dessin, avril 2020

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
habiterconfineslea (3 mars 2021). Dans l’appartement familial à Tours. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/peqi


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.