Une maison bourgeoise à Vannes

par Félicie Frachon, étudiante en L1, ENSA Nantes

Le retour d’une vie quotidienne familiale que je n’ai pas vécu depuis un petit moment, avec comme compagnons mes 4 frères et sœurs et ma mère. Cela fait 4 ans que je n’avais pas eu de quotidien en période solaire avec toute la fratrie, en effet ma petite sœur Léopoldine a décidé de partir faire son collège en internat ne rentrant que les W-E, elle est aujourd’hui en 3eme et revient l’année prochaine pour la seconde à Vannes. Et mon frère aîné de 21 ans est partit depuis 3 ans à Paris étudier la cuisine. Cette année se devait donc être moi qui laisserait un vide de plus dans la maison. C’était sans compter cette pandémie mondiale qui a confinée plus d’un quart de la population mondiale dans leur logement.


Alors me voilà de nouveau une sœur de 4 spécimens bien particulier à «  plein temps  », je retrouve la vie pleine d’agitation de toute mon enfance et une partie de mon adolescence. Mais quelques aspects ont changé  : je ne rentre plus de l’école tout les soirs et mes frères et sœurs non plus, pour faire simple nous ne bougeons plus de la parcelle que l’on appelle «  chez nous  » . Mais si la situation nous impose des changements et des habitudes à prendre, elle est loin d’être la seule responsable de cette impression de retour dans le passé remixé version 2020.

Nous avons grandis, évolué et mon père n’habite plus dans la maison, alors ce retour dans le passé est finalement aussi une découverte. Il s’agit de vivre de nouveau ensemble malgré ces différences avec le passé et je peux le dire au bout d’un mois de cohabitation  : ce n’est pas une mince affaire.

Félicie Frachon, photographies, avril 2020

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
habiterconfineslea (3 mars 2021). Une maison bourgeoise à Vannes. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/peql


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.