Dans l’appartement familial à Lyon

par Pierre-Jules Gagnière, étudiant en L1, ENSA Nantes

Le confinement me plonge également dans une sorte de retour en arrière dans ma vie « d’avant ». Celle avant mes études, avant Nantes, celle au sein du logement familial avec mes sœurs, mes parents, mon chien. Celle-ci est d’autant plus brutale que nous nous retrouvons tous et ce 24h/24, 7j/7 à devoir mener des activités souvent isolées et indépendantes mais au sein d’un même lieu, notre appartement. Il ne s’agit donc pas d’un long week-end prolongé pour une durée indéterminée mais d’une nouvelle situation inconnue encore qui nous oblige à recréer une routine pour s’adapter à cette période.

Ainsi, je me lève moins tôt qu’habituellement, souvent vers les 9 heures, et ayant moins de cours magistraux, j’ai la « liberté » de pouvoir organiser mes journées et ma semaine comme bon me semble. Malheureusement cette apparente souplesse se révèle néfaste puisqu’il m’est difficile de m’imposer des horaires de travail et d’être complètement satisfait de celui-ci. Je me retrouve ainsi à travailler toute la journée et parfois même jusque tard en soirée. Mais ce confinement n’a pas que de mauvais côtés. En effet, l’envie de partager de bons moments et de s’occuper durant cette période parfois difficile nous a poussés à instaurer une pratique familiale : nous devons tous, chaque jour et à tour de rôle, cuisiner un dessert pour le savourer en famille le soir venu.

Pierre-Jules Gagnière, plan habité, avril 2020

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
habiterconfineslea (3 mars 2021). Dans l’appartement familial à Lyon. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/peqn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.