Une bouffée d’air frais

par Clémence Havy, étudiante en L1, ENSA Nantes

Une semaine, deux semaines, trois semaines, un mois, bientôt deux. Enfermée, je perds la notion du temps. Toutes les journées se ressemblent. Chambre, cuisine, salon, jardin, cuisine, chambre. Et puis on recommence.

Ma maison n’est pas étroite pourtant, mais je me sens oppressée. Passer toute la journée dans une chambre à travailler sur un écran est très fatiguant psychologiquement.

Par chance, lorsqu’un brin de soleil montre le bout de son nez, je prends des vacances et je pars aussi loin que je puisse aller : le fond du jardin. Le jardin, cet unique lien avec l’extérieur. C’est une bouffée d’air frais. Grâce à lui je respire, je me promène, il est mon seul horizon. Je me promène et je vois ces choses que je n’avais jamais vus auparavant : des fleurs, des oiseaux, des petits insectes… Je n’ai jamais trouvé mon jardin aussi beau.

Clémence Havy, plan habité, avril 2020

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
habiterconfineslea (4 mars 2021). Une bouffée d’air frais. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/peqw


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.