Voyager par la fenêtre

par Jean-Martin Ettien, étudiant en L1, ENSA Nantes

La réduction du contact physique avec l’extérieur interroge notre sensibilité à d’autres sens qui nous exportent hors de notre logement à travers essentiellement notre fenêtre. La fenêtre est très importante dans notre logement. D’abord sa position conditionne celle de mon lit et de tout l’aménagement intérieur. Elle occupe une place primordiale désormais. Avant je ne l’ouvrais que pour laisser entrer la lumière et créer des courants d’air avec la porte d’entrée. Aujourd’hui, c’est mon Tram. Il me permet de voyager. En plus, étant donné que je passe beaucoup de temps à proximité, je regarde qui court dans la ruelle, les parents qui jouent avec leurs enfants, de quel appartement provient le son de piano…
Je suis plus sensible à tout ce qui se passe en dessous de mon bâtiment. Et je m’interroge sur les usages des espaces publics comme le jardin de notre immeuble qui n’a jamais été accessible. Je m’interroge également sur les matériaux de constructions des bâtiments et leurs capacités de réflexion, des ambiances traitées grâce aux balcons et leurs proximités avec les fenêtres voisines.
Je vois un monsieur à son balcon parler avec une dame qui est à sa fenêtre. Je me questionne sur ce genre de relations entres les espaces de prolongement de nos logements.
Cette fenêtre engendre bien plus que des flux de lumière, d’air, de sons et d’ambiances.

Jean-Martin Ettien, photographie et dessin, avril 2020

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
habiterconfineslea (4 mars 2021). Voyager par la fenêtre. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/per9


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.