Chaque pratique est intensifiée

par Louise Ferrari, étudiante en L1, ENSA Nantes

Nous sommes confinés à cinq dans notre maison : mes deux frères, mes parents et moi. Il semblait naturel que nous soyons confinés ensemble puisque ma famille habite ici et que je me voyais mal rester confinée à Nantes. On peut difficilement avoir un meilleur lieu de confinement que chez nous. Nous habitons au bord de la mer dans une région peu touchée par le coronavirus. Il fait plutôt beau, la maison est très spacieuse et nous avons un jardin. Malgré les raisons de notre confinement qui sont loin d’être positives, je vois ce temps comme un moment pour se retrouver en famille et avec soi. Cela permet de prendre du recul par rapport à notre quotidien, à la manière dont nous vivons.

On se rend compte que nos usages des espaces changent, certes, mais je dirais plutôt qu’ils s’intensifient. Nous utilisons tous les jours la cuisine mais en ce moment, tout le monde utilise la cuisine, pas seulement ma mère et moi. De la même manière, nous utilisons généralement ces mêmes espaces pour faire du sport dans la maison mais habituellement nous allons courir ou nous faisons du sport en club, pas ensemble, ou alors juste le week-end.
Chacun a pris ses marques dans la maison et nous l’investissons bien plus qu’habituellement. Chaque pratique est intensifiée, très souvent collective et bien plus remarquable

Louise Ferrari, coupe habitée, avril 2020

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
habiterconfineslea (4 mars 2021). Chaque pratique est intensifiée. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pera


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.