La confrontation du privé et du commun

par Lisa Bousseau, étudiante en L1, ENSA Nantes

Etant donné que les rapports avec l’extérieur sont très limités et que nous devons vivre dans notre logement encore pour plusieurs semaines, les espaces privés acquièrent une particulière importance par rapport aux espaces communs. Les chambres à l’étage sont calmes et situées aux extrémités de la maison. Elles sont donc principalement utilisées lorsque l’on souhaite s’isoler. En effet, ma soeur et moi-même les occupons pour travailler seules mais nous nous y retrouvons de plus en plus pour partager des moments à deux. La chambre des parents est occupée par mon père lorsque ma mère travaille dans le salon et ne souhaite être dérangée et inversement. Le bureau est également investi pour se retrouver plutôt seul. Ma soeur s’y installe souvent pour lire, faire du sport ou jouer de la musique. Ma mère l’occupe aussi régulièrement pour travailler ou moi-même lorsque je souhaite regarder un film en soirée. Le bureau est donc un espace du logement presque constamment investi mais sans être jamais utilisé par plusieurs membres de la famille à la fois. On le privilégie pour réaliser des activités individuelles.

D’autre part, les pièces de vie, habituellement considérées comme des espaces communs, semblent parfois accaparées par un seul membre de la famille comme c’est le cas lorsque les parents sont en réunion de travail. Nous devons donc chacun faire preuve de bon sens et s’adapter à la situation pour cohabiter au mieux ensemble. Cependant, les conflits sont parfois inévitables car la salle à manger est devenue un des espaces les plus prisés du logement. A partir de là, des interrogations peuvent surgir : Qui est le plus légitime à l’occuper ? Comment délimiter les espaces privés des espaces collectifs ?

Lisa Bousseau, plan habité, avril 2020

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
habiterconfineslea (4 mars 2021). La confrontation du privé et du commun. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/perh


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.