Retour en Auvergne

par Anaëlle Amblard, étudiante en L1, ENSA Nantes

Depuis le 15 Mars 2020, date à laquelle je suis rentrée de Nantes, nous sommes confinés au fin fond de l’Auvergne, dans la maison familiale mes deux frères mes parents et moi. Les avantages d’être confinés ici sont assez nombreux, en effet nous avons un grand terrain de 3000 m2 et nous sommes dans une zone très peu touchée par le virus ce qui est assez rassurant et qui évite quelques peu l’ambiance de stress et de panique qui aurait pu régner si on avait vécu en ville ou dans une région plus touchée.


Chaque membre de la famille vit son confinement assez différemment. Mon père, en chômage partiel est très heureux de ce confinement (sans pour autant oublier la tristesse de la situation actuelle évidemment) «ça fait 20 ans que je me tue au travail toute l’année pour 3 semaines de vacances d’été et là on me donne 6, 7 semaines avec ma famille pour être payé presque pareil, je suis heureux». Ma mère quant à elle, est plutôt dans l’appréhension de la suite, du déconfinement et de la maladie en elle-même. Travaillant en micro-crèche, elle aussi se retrouve en chômage partiel «ils me manquent mes petits nou-nou… ils vont tellement avoir grandis, mais je suis heureuse aussi d’avoir du temps à passer avec vous» Mes frères eux, ont envie de sortir, de retrouver leurs amis. Le plus âgé a dit «j’m’ennuie, j’ai vraiment envie de retourner au lycée, et je pensais pas le dire un jour !». Le plus jeune quant à lui dit «j’arrive à peu près à m’en sortir dans mes devoirs mais c’est long ». Pour ma part, le confinement commence à me peser, mon indépendance me manque, j’ai dû me réhabituer à vivre avec 4 personnes et je n’ai plus les mêmes libertés qu’avant. Ma vie d’étudiante me manque, et travailler dans ces conditions est assez compliqué.

Anaëlle Amblard, plans habités, avril 2020

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
habiterconfineslea (5 mars 2021). Retour en Auvergne. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pert


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.