Avec ma famille à Rabat

par Wissal Bekari, étudiante en L1, ENSA Nantes

Chaque individu dans le logement s’inquiété pour sa santé, le fait de rester positif, d’avoir un esprit d’équipe, et de pouvoir s’adapter à cette routine imposée par ce phénomène. Cette routine a imposé aux membres de foyer de découper les interactions sociales avec les voisins, la famille et toutes autres interactions sociales et de valoriser les interactions numériques pour travailler ou pour étudier, une action qui n’était pas favoriser dans ma famille avant ce phénomène.

D’un autre coté dans la maison il y ‘a des changements surtout qu’il y a un membre de la famille qui a resté bloqué dans le foyer et qui essaye de s’adapter à une nouvelle routine avec de nouveaux personnes. Et d’une part mes parents durant cette période ont une grande responsabilité et une charge mentale afin de pouvoir gérer l’espace, le temps et le travaille à la maison, et d’un autre coté de faire attention à leur santé et à celle de ma sœur c’est pour ça ils ont mis des outils qui permettent de protéger à l’entrée de la maison afin de les prendre avant de sortir de la maison même si la sortie dehors se fait souvent qu’une fois par semaine et en prenant l’autorisation. De Plus ma sœur qui a une routine totalement différente des jours d’avant comme le télétravail et la pression qu’elle a vu toute la quantité de travail qu’elle doit fournir.

Wissal Bekari, plan habité, avril 2020

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
habiterconfineslea (5 mars 2021). Avec ma famille à Rabat. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pery


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.