Un confinement en bord de mer

par Julie Belan, étudiante en L1, ENSA Nantes

Se balader au bord de la mer, dans la forêt avec ses amies ne sont plus mes activités lorsque je suis chez mes parents. Mais en ce moment je dois rester dans la maison avec eux. Cette période de restrictions est vue comme un période difficile sur les réseaux sociaux mais aussi productive en concepts faisant passer le temps et qui combattent l’ennui. Des activités proposées avec les moyens du bord, c’est le moment de fouiller dans ce qu’on a déjà au lieu d’acquérir. Cette période modifie les priorités avec un droit de sortie seulement pour l’approvisionnement de biens nécessaire.


Seulement l’ennui n’est pas de mise dans mon contexte, l’école continue. Il faut partager et organiser son espace et son temps, pour pouvoir travailler, se reposer, être seul quand il le faut. Il n’est pas chose facile de hiérarchiser son temps de travail et son temps libre quand tous ont lieu dans le même endroit : les deux sont souvent mélangés.


Il est aussi important de préciser que c’est une chance, en cette période surtout, d’avoir un jardin ; c’est un petit repère de nature, un moyen de voir la nouvelle saison arriver avec ses bourgeons, ses fleurs etc… Et c’est pendant que l’on doit rester chez nous que tout cela a lieu, et dans les meilleures conditions car notre activité est restreinte : ainsi la nature reprend en quelque sorte ses droits durant cette période.

Julie Belan, dessins, avril 2020

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
habiterconfineslea (5 mars 2021). Un confinement en bord de mer. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/perz


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.