En famille à Marseille

par Eloïse Belmont, étudiante en L1, ENSA Nantes

Tous ces changements crées un nouveau mode d’habité autour de cet habitat. Le nouvel habitant que l’on appellera “copain” apporte un changement dans une des pièces de la maison, la chambre de la cadette, une chambre qu’il s’appropriera à sa manière et apporte donc une nouvelle identité à cet espace.

Pour les ménages qui effectuaient du travail à distance, on remarquera un changement de comportement et biensur des appropriations propre à un lieu de travail qui correspondent à chacun des ménages. Le père utilise la chambre du cadet, maintenant libre pour y installer ces ordinateurs. Le père passe alors plus de temps dans cet espace. Pour la cadette, c’est un peu différent puisqu’elle s’approprie 3 espaces pour son travail, sa chambre, le salon et une partie du jardin. Pour les autres, la mère, l’aînée et le benjamin, de nouvelles activités se développent autour d’eux. Puisqu’ayant énormément de temps libre à leur domicile, de nouvelles activités naissent et apportent des appropriations spécifiques à ces changements : activités sportives, de cuisines, de jeux…

Eloïse Belmont, dessins et plan habités, avril 2020

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
habiterconfineslea (5 mars 2021). En famille à Marseille. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pes0


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.