Le chant des oiseaux

par Enola Garion, étudiante en L1, ENSA Nantes

Même si le confinement implique d’avoir moins de contact avec les autres, la cohabitation avec mon père et ma sœur (ou ma mère et ma sœur) change de la vie étudiante adoptée dans mon logement à Nantes qui impliquait de vivre seul. Elle se passe cependant très bien puisque nous avons à peu près le même rythme de vie (nous nous levons et couchons à la même heure, nous faisons du sport le matin et travaillons l’après-midi).Le fait de retourner dans le logement familial m’a permit de me rendre compte de la différence entre vivre dans un logement étudiant et dans une maison familiale. J’avais en effet oublié la bonne humeur que me procurait un réveil avec le chant des oiseaux, de pouvoir profiter de son jardin ou encore de partager des repas en famille.

Les temps consacrés aux repas sont également synonyme de discussion pour nous, cet échange me paraît d’autant plus intéressant lors de cette période qui nous mène à nous poser beaucoup de questions.

Enola Garion, relevé habité, avril 2020

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
habiterconfineslea (11 mars 2021). Le chant des oiseaux. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pesb


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.