Créer des liens plus forts

par Sylvain Germond, étudiant en L1, ENSA Nantes

Dans un premier temps, je songe à une période de repos, de ressource à la campagne. De revivre pendant un certain temps, la vie que j’avais pu avoir étant plus jeune. Dans les premières semaines, j’ai vécu cette période comme un temps d’adaptation, de reconquête avec la nature, les loisirs que j’avais pu perdre dans ma vie à Nantes. Sorties en forêt, vélo, bricolage, jardinage, grands travaux de village. Mais aussi dans la vie du logement, qui a été marquée avec une intense activité de jeux de société. Cela a permis de tous se retrouver.

Car dans mon confinement, s’ajoute en plus de mes parents, ma sœur et son copain de 21 ans, qui n’a pas pu rentrer chez lui pour son confinement. Il a déjà vécu quelques petits moments dans la maison. Ce début de période lui a permis, et nous a permis de l’intégrer dans le foyer familial et ainsi créer des liens plus forts.

Sylvain Germond, plan habité, avril 2020

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
habiterconfineslea (11 mars 2021). Créer des liens plus forts. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pesc


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.