Être isolée

par Chaima Samir, étudiante en L1 à l’ENSAB

Confiné à Rennes dans un studio T1 ne me posait pas problème ou du moins ce que je croyais. Au prolongement du confinement, je me suis trouvée figé dans mon espace. Les jours se ressemblaient : du lit au WC, de la cuisine au bureau et vice versa. Une boucle interminable. Les espaces se confondaient de plus en plus: le lit pour travailler, le bureau pour stocker… Je me suis rendu compte de l’exigüité de mon logement  qui auparavant me paraissait grand and spacieux. Ne pouvant pas abriter les différentes activités dans cet état, cela suscita chez moi une forte envie de réorganiser les meubles de façon à pouvoir distinguer les espaces de travail, de détente et de loisirs. Non seulement j’ai réussi à trouver une vraie distinction à travers ce changement mais cela m’exhorta de plus à mieux travailler et me motiva pour finir l’année scolaire. Grâce à cette phase, j’ai appris à mieux occuper mon espace pour me l’approprier de manière plus efficace. En outre, j’ai appris comment l’organisation de mon environnement peut avoir un effet sur mon rythme de vie.

Chaima SAMIR, croquis du logement, 2020

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Julie Kebe (16 janvier 2022). Être isolée. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pesg


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.