Un confinement en bord de mer

Par Mathis GRELAUD, étudiant en L1 à l’ENSAB

Pour le confinement je suis rentré chez mes parents sur La Rochelle, dans un appartement face au port de plaisance. On s’est donc retrouvé en famille, mes parents, mon frère et moi dans un T3 au sein d’une résidence récentes située dans un quartier proche du centre-ville, mais avec un tissu urbain un peu moins dense.

Lors de mon départ de Rennes le samedi 14 mars avant le confinement, j’avais seulement prévu quelques affaires de rechange et surtout un maximum de matériels pour pouvoir travailler. Je comptais retourner à Rennes pour continuer mon job étudiant donc c’est un pour cela que j’ai voyagé léger. Au début, l’organisation n’était pas si simple, les profs de l’ENSAB prenaient peu à peu leur marque et l’enseignant de mon frère aussi, donc il fallait trouver un espace pour que chacun puisse se concentrer. Puis, peu à peu les espaces se sont distribués pour que mon frère et moi puissions travailler sans nous déranger l’un l’autre. Le plus compliqué dans ces moments-là c’était trouver la motivation car, avec les nombreuses tentations que ce soit matériel (jeux vidéo, dessin, lecture…) ou avec ma famille (puzzle, cuisine…), car eux n’avait pas grand-chose à faire donc les rejoindre était plutôt tentant. A l’approche de la fin du confinement les activités de chacun reprenaient peu à peu leur cour, les cours de mon frère étaient plus étoffés, ma mère commençait à reprendre en télétravail, et mon père reprenait c’est journée de travail à la quasi normale

Mathis Grelaud, Plan habité de l’appartement familial, 2020

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Julie Kebe (16 janvier 2022). Un confinement en bord de mer. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pesh