Partage et polyvalence des espaces de travail

Par Josepha GUITEAU, étudiante en L1 à l’ENSAB

Le travail lié à mes études en architecture a incontestablement dicté, durant le confinement, mon organisation spatio-temporelle au sein du logement. Si j’avais l’habitude de profiter pleinement de mon habitation, en recevant des ami.e.s dans le salon ou en bouquinant autant dans ma chambre que dans le salon, j’ai dû radicalement changer ma manière d’habiter, notamment en la réduisant aux seuls endroits où se situait mon ordinateur, devant lequel je passais la quasi-totalité de mes journées. En début de confinement, je partageais équitablement le bureau – aménagé au sein de notre appartement de type T3 à Rennes – avec mon copain, également en télétravail. Au fur et à mesure, j’ai occupé continuellement cette pièce pour des raisons matérielles, délaissant l’autre zone dédiée à cet effet, à savoir la grande table à manger du salon, tandis que mon copain transforma d’autres espaces pour travailler. Ainsi s’installa-t-il dans la cuisine, sur la table basse ou sur un bout de canapé dans le salon, élargissant l’usage et la fonction habituels de ces pièces. Cette expérience aura démontré que tout lieu peut s’adapter, sur le court terme, à une activité. Une pièce se caractérisant par son intensité lumineuse, ses isolations phonique et thermique et par son rapport à l’extérieur, elle ne peut se limiter à une seule et unique destination mais possède un potentiel fonctionnel plus large, une polyvalence parfois insoupçonnée.

Plan habité mars-mai 2020 par Josepha Guiteau

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Julie Kebe (16 janvier 2022). Partage et polyvalence des espaces de travail. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pesi


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.