Vivre dans l’appartement familial

Par Maya BASSET, étudiante à l’ENSAB

J’ai passé le confinement avec ma mère dans l’appartement familial à Rouen. Nous étions deux dans un T4 , donc l’espace était suffisant et nous avions la chance d’avoir des balcons. Cependant au fur et à mesure des journées, les pièces ont changé de fonction. Il était devenu important de marquer une différence entre espace de travail et de vie. Marquer la mise en route du travail, comme le chemin vers notre établissement qui permet de conditionner son esprit à un temps dédié au travail. Il était aussi important de marquer la fin de ce temps. C’est pour ça que j’ai eu la nécessité de m’installer dans une pièce différente de ma chambre pour le travail. Puis, avec le manque de plus en plus pesant de l’extérieur, l’importance d’un espace agréable pour le travail m’est apparu primordial. Il m’a fait rendre compte de l’importance d’avoir des espaces modulables au gré des fonctions, et des temps de la journée. De plus, avoir la possibilité de s’isoler lorsque l’on partage un logement est incontournable. Depuis, les pièces ont retrouvé leur apparence et leur rôle d’avant le confinement, cependant certains espaces, comme le balcon, ont été davantage valorisé et aménagée.

Croquis de l’espace bureau par Maya basset, 2020

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Julie Kebe (16 janvier 2022). Vivre dans l’appartement familial. Habiter confinés. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pesj