Avoir un jardin et une maison spacieuse

Par Anouchka Trarieux, étudiante en L1 à l’ENSAB

Lors de l’annonce du confinement je suis retournée vivre chez mes parents à Nantes. Même si la maison est celle de mon adolescence et que je m’y sens chez moi j’ai dû tout de même me ré-apprivoiser des espaces pourtant bien connu. Ma chambre par exemple me semblait étrangère n’y habitant plus depuis septembre, je devais donc essayer d’y retrouver un semblant de familiarité.

J’ai ressenti le confinement comme un retour en arrière, une perte d’indépendance. Ré-apprendre à vivre avec ma famille a été un challenge et de nombreuses fois source de conflit même si dans l’ensemble nous avons plutôt bien réussi à cohabiter au vu de la situation.

Avoir un jardin et une maison spacieuse a été une réelle chance durant ses deux mois, cela nous a per- mis à tous de créer des espaces de travail et de loisirs. Nous avons par exemple inventé des tournois de jeux en extérieur quotidiens, nous permettant de passer du temps ensemble sans pour autant se marcher dessus.

Vivre enfermée durant deux mois m’a fait réaliser que les interactions sociales, les sorties entre amis et les journées de cours à l’école étaient très importante dans mon quotidien, qu’elles participaient presque entièrement à mon bonheur.

Par Anouschka Trarieux, 2020


Citer ce billet
Julie Kebe (2022, 16 janvier). Avoir un jardin et une maison spacieuse. Habiter confinés. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pesn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.