Partir : mobilités résidentielles et conditions de logement en France pendant l’épidémie de Covid-19

Un article de Guillaume Le Roux, Anne Lambert, Catherine Bonvalet et ali

Au printemps 2020, un confinement national a été décrété en France pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 – le plus long et le plus strict jusqu’à ce jour. Celui-ci a entraîné des mouvements spontanés de populations, largement médiatisés autour de la figure de l’exode urbain des Parisiens. Mais les départs des grandes villes vers les campagnes ont-ils été les seuls types de mobilité pendant cette période ? Et que nous apprennent en retour les mobilités de confinement sur les pratiques résidentielles et conditions de logement ordinaires des ménages, ainsi que sur les ressources mobilisées pour faire face à ces situations exceptionnelles ? À partir de l’enquête EpiCOV (Inserm-Drees) conduite en France auprès d’un échantillon de 135 000 personnes de 15 ans et plus à la fin du premier confinement, cet article analyse les différents types de mobilités résidentielles sur le territoire français au printemps 2020. Sans pouvoir présager du caractère durable ou non de ces mobilités, ni de leur répétition au cours des différentes phases de confinement, l’analyse souligne l’hétérogénéité des pratiques de mobilités, saisies ici en termes de distance parcourue, d’évolutions de gradient d’espace urbain, de type et conditions de logement, ainsi que la variété des ressources mobilisées selon le sexe, l’âge et la position sociale des individus. Si les mobilités de longue distance concernent plus souvent des populations aisées, les déplacements de proximité sont quasiment aussi fréquents et concernent des fractions plus hétérogènes de la population.

Partir : mobilités résidentielles et conditions de logement en France pendant l’épidémie de Covid-19 (openedition.org)



Citer ce billet
Elise Roy (2023, 14 mars). Partir : mobilités résidentielles et conditions de logement en France pendant l’épidémie de Covid-19. Habiter confinés. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pesr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.