Habiter confinés, domestiquer la pandémie : vers une nouvelle syntaxe habitante ?

Living confined, domesticating the pandemic : towards a new inhabitant syntax ?

Un article issu de cette recherche paru dans la revue Développement durable et territoires

Par Elise Roy, Julie Gangneux-Kebe avec la contribution scientifique de Léa Perraudeau

S’appuyant sur l’analyse des observations détaillées d’un « habiter confiné » réalisées par des étudiants en école d’architecture, cet article veut documenter le vécu de la pandémie, véritable épreuve collective remettant en question les rapports entretenus à nos espaces quotidiens qui sont autant matériels que sociaux. Si les analyses conduites ici viennent souligner des phénomènes déjà connus, elles mettent aussi en évidence des appropriations renouvelées qui pourront s’inscrire durablement dans une nouvelle « syntaxe habitante », faisant de la place au télétravail, et soutenant un rapport à l’extérieur révélé dans toute son importance. En nous privant d’un répertoire spatial large, le confinement nous a menés à recomposer nos territorialités et à une évaluation inédite de notre cadre matériel et de la valeur de nos spatialités.

Habiter confinés, domestiquer la pandémie : vers une nouvelle syntaxe habitante ? (openedition.org)



Citer ce billet
Elise Roy (2023, 14 mars). Habiter confinés, domestiquer la pandémie : vers une nouvelle syntaxe habitante ? Habiter confinés. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pess

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.