Tous les articles par Julie Kebe

En manque d’intimité…

par Coraline de Gaillande, Étudiante en licence 2, ENSAB

Étant restée à Rennes dans l’appartement de ma grande sœur, j’ai tout de suite du adopter une attitude de partage et de respect. On se rend bien compte que la vie à deux ou plus est très différente que celle que l’on mène en général seul.

La notion d’appropriation de l’espace lorsque nous sommes plusieurs dans un logement est si importante qu’elle influe largement sur la perception de l’autre et même de soi-même. J’ai très vite du m’adapter aux habitudes de ma sœur, non seulement par respect, mais également car c’est un espace qui m’était totalement inconnu.

Coraline de Gaillande, Photographier en confinement, 2020

Nous devions partager deux pièces, l’intimité n’avait pas vraiment sa place et chacune de nous deux avait besoin d’occuper une pièce à un moment ou un autre. Il était très difficile de s’adapter aux horaires et aux besoins de l’autre car nous n’avons pas le même train de vie, ni la même profession, ni le même caractère…

C’est pendant ce genre de période qu’on se rend compte de l’importance des espaces partagés, leur ergonomie, leur fonction, leur dimension. Il nous été quasiment impossible de faire en sorte que l’espace s’adapte à nos besoins, alors c’est nous qui avons du nous adapter à lui. Mais malgré un effort considérable pour ne pas nous déranger mutuellement, nous avons trouvé très difficile la vie à deux dans un logement si petit. Cependant, il est important de noter que le confinement nous a permis, à toutes les deux, de créer un espace à la fois collectif et intime dans un lieu limité et étroit.

Vivre confinée en périphérie Rennaise

par Nolwen Chapon, Etudiante en licence 2, ENSAB

L’ annonce du confinement a bouleversé le quotidien de nombreuses personnes. Il nous a fallu adapter le logement aux besoins des usagers. L’enquête se porte sur un logement T2 de 46 m2 situé à Noyal-Sur-Vilaine, accueillant deux personnes, un salarié en télétravail et une étudiante en école d’architecture.

Le logement n’accueillant habituellement qu’une personne, les espaces ont été exploités différemment pendant cette période. D’abord, les espaces de travail nécessaires aux deux activités se sont multipliés : improvisation d’un bureau dans la chambre, utilisation de la table de séjour et du salon comme plan de travail.

Toutefois, ces espaces sont également utilisés pour d’autres usages : détente, télévision, préparation et prise des repas. Ils sont donc réorganisés au cours de la journée. Ensuite, les soucis de rangements ont trouvé des solutions d’abord provisoires qui deviennent plus durables par la suite.

Le ressenti des habitants a également évolué, d’une situation improvisée, une routine se met en place. La manière d’habiter a donc fortement évolué pendant cette période et démontre une forte capacité d’adaptation et d’évolution des logements comme de leurs occupants.

Nolwenn Chapon, Plan habité du T2, avril 2020

Rentrer chez ses parents ou rester à rennes..

par Julia Collas, Étudiante en licence 2, ENSAB

Rennes, le 17 mars 2020..

Tout est aller très vite. J’ai du mal à résumer le passage entre la semaine qui se termine, comme toutes les autres semaines et le début d’une nouvelle période, pleines de doutes. J’avoue faire partie de ceux qui n’ont pas pris les choses au sérieux dès le premier week-end. Les actualités était assez loin de mon esprit ce week-end-là. Je suis rentrée le lundi 17 mars et bizarrement j’ai comme eux l’impression d’être poussé dans une spirale d’informations, d’angoisse et d’incertitude. Entre se précipiter pour faire des courses ou bien rentrée chez ces parents, à ce moment là il a fallu se poser les bonnes questions et prendre les bonnes décisions.

Pour plusieurs raisons, je suis restée à Rennes. La première semaine fut celle la découverte. Entre les premières informations, les premières règlementations, faire des courses, prendre conscience de la situation, des répercutions, les cours de mettent en place. Puis la deuxième semaine une sorte de routine s’est installée.

Julia Collas, Plan Habité, avril 2020

Logement étudiant : confort et limites de l’indépendance

par Gaëlle Batas, Étudiante en licence 2, ENSAB

La crise sanitaire menant au confinement fut une épreuve inattendue et déstabilisante pour un grand nombre de personnes. J’ai pris la décision de rester dans mon studio rennais. Vivant seule dans mon premier appartement, j’ai longtemps eu une vision très idéalisée de l’indépendance que j’ai révisée lors du confinement.

Au-delà d’être un marqueur d’émancipation mon appartement me plait énormément. J’ai rapidement identifié les défauts de ce dernier en y étant confrontée au quotidien. Je me suis rendue compte de l’importance de la qualité des espaces dans lesquels on vit. Le manque d’ensoleillement et de lumière fut une des plus grosses lacunes de mon logement. De plus, ce que j’identifiais jusqu’alors comme une forme d’indépendance s’est transformée en solitude dont j’ai occasionnellement souffert. Néanmoins et paradoxalement, travailler depuis chez moi fut loin d’être aussi éprouvant que ça ne l’a été pour d’autres. De nature casanière, j’ai vécu l’occupation et l’appropriation de l’espace sans avoir à le partager comme un confort égoïste précieux.

Gaëlle Batas, mars à mai 2020, ENSAB

Confinés à deux – espaces partagés et privés

par Julia Bakucz, étudiante en licence 2, ENSAB

Dans mon cas, j’ai été confiné avec mon copain. Nous avons vécu une accumulation de frustrations car le logement ne nous a pas permis d’avoir assez d’espaces intimes.

Nous venons tous deux de contextes sociaux, culturels et professionnels différents. Contraints à créer un équilibre, nous avons développé une routine commune. Comment habiter ensemble dans un logement de 30 m2 ? Expérience frustrante et déroutante. La période a révélé combien la qualité de nos relations avec nos colocataires sont impactées et déterminées par l’habitat. Et vice-versa, la relation entre les colocataires a un effet sur le mode d’habiter. L’habitat nous influence et nous influençons, transformons, réaménageons l’habitat.

Julia Bakucz, ENSAB, avril 2020