Comment s’adapter et organiser son espace de travail durant une période particulière ?

Par Nicolas Loisel, étudiant en L1 à l’ENSAB

LOISEL-Nicolas_synthèse_auto_enquête_de_confinement

À l’annonce du confinement, j’ai quitté mon appartement et je suis retourné deux mois au domicile familial près du Havre (Seine-Maritime). J’ai vécu de façon continue avec ma mère et ma grande sœur. Il faut savoir que j’avais anticipé le fait de ne pas avoir tout le matériel nécessaire au travail chez ma mère. Je me suis muni de ce dont j’avais besoin comme l’ordinateur portable, outils de dessin, carnet ainsi que de carton afin de poursuivre les différents enseignements à distance. Premièrement, j’ai installé mon espace de travail sur la table à manger du séjour, ce qui me permettait de profiter de ma famille tout en travaillant. Peu-à-peu, au fil des jours qui passent, j’ai changé mon espace de travail car j’étais distrait pas les discussions et activités que pouvaient faire ma mère ou ma sœur dans la même pièce. Je me suis donc installé dans ma chambre, lieu de calme et quiétude pour suivre les cours et travailler à distance. Cela m’a permis de trouver plus de concentration et d’efficacité. Il y’a également les visioconférences qui m’ont fait changer d’espace car je ne voulais pas déranger ma famille et ne pas être dérangé. J’ai donc poursuivi le télétravail jusqu’en fin d’année universitaire, car je ne suis pas retourné dans mon appartement au déconfinement. Durant cette période, le fait de disposer d’un jardin extérieur m’a fait un grand bien car il me permettait de déconnecter du travail et de sortir faire des pauses. J’ai ressenti un manque car je n’étais pas en contact réel avec des personnes extérieures à mon domicile (famille, amis, camarades…). C’est pour moi une chance en pleine année universitaire de partager plus d’activités en famille (recettes, jardinage…). Dans l’ensemble, parfois avec des tensions dans la maison, nous avons bien vécus le confinement et avons réussis à cohabiter en trouvant chacun espace dans lequel on se sent bien afin de se réunir le soir en famille et ne pas se lasser. Cette période étrange que j’ai vécu a permis de me recentrer sur moi-même, de voir les choses importantes et celles qui ne l’étaient pas, de revoir ma façon de consommer et bien sûr de pouvoir organiser sa journée comme je le souhaite ainsi que de perfectionner mon anticipation.

Par Nicolas Loisel, 2020

Confiné en famille dans une maison individuelle en campagne : comment investir l’espace pour travailler ?

Par Julien Garnier, étudiant en L1 à l’ENSAB

Habité en famille ensemble pendant plusieurs mois durant le confinement est difficile, en ce qui concerne l’appropriation des espaces. Certains sont partagés comme le salon pour regarder la télévision, ou encore la terrasse, qui a permis de se ressourcer et travailler (CM à lire et écouter) en extérieur en harmonie avec la nature ; et d’autres, se sont « fortifiés », comme les chambres, pour conserver le calme, lié au travail qui continue en cette période difficile. Ma chambre est passée d’un espace de travail et de repos à un espace essentiellement assimilable à un atelier. Les pièces perdent de leur fonction initiale et deviennent essentiellement des espaces de travail lié au manque de place pour dessiner, et au télétravail, chacun réalisant sa visioconférence dans une pièce. De même la notion de temps disparaît et on entre dans une routine du travail permanent par les horaires décalés nécessitant de s’organiser spatialement et mentalement. Habitant à la campagne toute l’année chez mes parents, le confinement n’a pas engendré d’importants changements. Cependant, il m’a permis de renforcer ma vision de l’espace rural avec ses avantages et désavantages comme les problèmes de connexion et l’isolement, mais la présence de la végétation, les promenades le long de la rivière sous les bois, et l’absence de bruits urbains, m’ont redonné le désir d’habiter en campagne. Le rapport avec l’extérieur pour ne pas rester cloîtré chez soi a été le plus important en se posant en face d’une fenêtre pour voir la nature et obtenir le plus de lumière. Ne plus prendre les transports (3h/jour) fut un grand gain de temps qui fait que j’ai préféré travailler en période de confinement malgré la difficulté de dissocier la vie familiale, les loisirs et le travail, la maison devenant le lieu de toutes ces activités auparavant dissociées.

Croquis et plan habité par Julien Garnier, 2020

Vivre dans l’appartement familial

Par Maya BASSET, étudiante à l’ENSAB

J’ai passé le confinement avec ma mère dans l’appartement familial à Rouen. Nous étions deux dans un T4 , donc l’espace était suffisant et nous avions la chance d’avoir des balcons. Cependant au fur et à mesure des journées, les pièces ont changé de fonction. Il était devenu important de marquer une différence entre espace de travail et de vie. Marquer la mise en route du travail, comme le chemin vers notre établissement qui permet de conditionner son esprit à un temps dédié au travail. Il était aussi important de marquer la fin de ce temps. C’est pour ça que j’ai eu la nécessité de m’installer dans une pièce différente de ma chambre pour le travail. Puis, avec le manque de plus en plus pesant de l’extérieur, l’importance d’un espace agréable pour le travail m’est apparu primordial. Il m’a fait rendre compte de l’importance d’avoir des espaces modulables au gré des fonctions, et des temps de la journée. De plus, avoir la possibilité de s’isoler lorsque l’on partage un logement est incontournable. Depuis, les pièces ont retrouvé leur apparence et leur rôle d’avant le confinement, cependant certains espaces, comme le balcon, ont été davantage valorisé et aménagée.

Croquis de l’espace bureau par Maya basset, 2020

Partage et polyvalence des espaces de travail

Par Josepha GUITEAU, étudiante en L1 à l’ENSAB

Le travail lié à mes études en architecture a incontestablement dicté, durant le confinement, mon organisation spatio-temporelle au sein du logement. Si j’avais l’habitude de profiter pleinement de mon habitation, en recevant des ami.e.s dans le salon ou en bouquinant autant dans ma chambre que dans le salon, j’ai dû radicalement changer ma manière d’habiter, notamment en la réduisant aux seuls endroits où se situait mon ordinateur, devant lequel je passais la quasi-totalité de mes journées. En début de confinement, je partageais équitablement le bureau – aménagé au sein de notre appartement de type T3 à Rennes – avec mon copain, également en télétravail. Au fur et à mesure, j’ai occupé continuellement cette pièce pour des raisons matérielles, délaissant l’autre zone dédiée à cet effet, à savoir la grande table à manger du salon, tandis que mon copain transforma d’autres espaces pour travailler. Ainsi s’installa-t-il dans la cuisine, sur la table basse ou sur un bout de canapé dans le salon, élargissant l’usage et la fonction habituels de ces pièces. Cette expérience aura démontré que tout lieu peut s’adapter, sur le court terme, à une activité. Une pièce se caractérisant par son intensité lumineuse, ses isolations phonique et thermique et par son rapport à l’extérieur, elle ne peut se limiter à une seule et unique destination mais possède un potentiel fonctionnel plus large, une polyvalence parfois insoupçonnée.

Plan habité mars-mai 2020 par Josepha Guiteau

Un confinement en bord de mer

Par Mathis GRELAUD, étudiant en L1 à l’ENSAB

Pour le confinement je suis rentré chez mes parents sur La Rochelle, dans un appartement face au port de plaisance. On s’est donc retrouvé en famille, mes parents, mon frère et moi dans un T3 au sein d’une résidence récentes située dans un quartier proche du centre-ville, mais avec un tissu urbain un peu moins dense.

Lors de mon départ de Rennes le samedi 14 mars avant le confinement, j’avais seulement prévu quelques affaires de rechange et surtout un maximum de matériels pour pouvoir travailler. Je comptais retourner à Rennes pour continuer mon job étudiant donc c’est un pour cela que j’ai voyagé léger. Au début, l’organisation n’était pas si simple, les profs de l’ENSAB prenaient peu à peu leur marque et l’enseignant de mon frère aussi, donc il fallait trouver un espace pour que chacun puisse se concentrer. Puis, peu à peu les espaces se sont distribués pour que mon frère et moi puissions travailler sans nous déranger l’un l’autre. Le plus compliqué dans ces moments-là c’était trouver la motivation car, avec les nombreuses tentations que ce soit matériel (jeux vidéo, dessin, lecture…) ou avec ma famille (puzzle, cuisine…), car eux n’avait pas grand-chose à faire donc les rejoindre était plutôt tentant. A l’approche de la fin du confinement les activités de chacun reprenaient peu à peu leur cour, les cours de mon frère étaient plus étoffés, ma mère commençait à reprendre en télétravail, et mon père reprenait c’est journée de travail à la quasi normale

Mathis Grelaud, Plan habité de l’appartement familial, 2020

Être isolée

par Chaima Samir, étudiante en L1 à l’ENSAB

Confiné à Rennes dans un studio T1 ne me posait pas problème ou du moins ce que je croyais. Au prolongement du confinement, je me suis trouvée figé dans mon espace. Les jours se ressemblaient : du lit au WC, de la cuisine au bureau et vice versa. Une boucle interminable. Les espaces se confondaient de plus en plus: le lit pour travailler, le bureau pour stocker… Je me suis rendu compte de l’exigüité de mon logement  qui auparavant me paraissait grand and spacieux. Ne pouvant pas abriter les différentes activités dans cet état, cela suscita chez moi une forte envie de réorganiser les meubles de façon à pouvoir distinguer les espaces de travail, de détente et de loisirs. Non seulement j’ai réussi à trouver une vraie distinction à travers ce changement mais cela m’exhorta de plus à mieux travailler et me motiva pour finir l’année scolaire. Grâce à cette phase, j’ai appris à mieux occuper mon espace pour me l’approprier de manière plus efficace. En outre, j’ai appris comment l’organisation de mon environnement peut avoir un effet sur mon rythme de vie.

Chaima SAMIR, croquis du logement, 2020

Habiter Confinés ! une publication des carnets de l’ensab

À la faveur du premier confinement, 122 étudiants inscrits en licence 1 et 2 à l’ENSA de Bretagne1 ont rendu compte de leur vécu durant cette période.

Inscrit.e.s de septembre à décembre 2020 au sein de l’enseignement de sciences humaines et sociales de licence 2 « Enquête habiter », les étudiant.e.s sont revenu.e.s sur leurs propres auto-enquêtes afin de proposer à la lecture 16 thématiques explicitant la transformation temporaire de l’habitation en confinement.

Vous pouvez retrouver la publication complète ici : https://www.rennes.archi.fr/wp-content/uploads/2021/11/HABITER_Carnet_ENSAB_2021.pdf

Et pour en savoir plus sur les nombreux carnets publiés par l’ENSA de Bretagne, c’est ici : https://www.rennes.archi.fr/culture-architecturale/publications-3-2/publications-3/

Logement, travail, voisinage et conditions de vie : ce que le confinement a changé pour les Français (@coconel*)

Note de synthèse n°10. Logement, travail, voisinage et conditions de vie : ce que le confinement a changé pour les Français http://www.orspaca.org/sites/default/files/coconel-note-10-logement-travail-voisinage-conditions-de-vie_ined.pdf

La présente note détaille les principaux résultats de la sixième vague, qui a été réalisée par l’Ined en partenariat avec le consortium COCONEL. L’enquête a été menée pour cette vague auprès d’un échantillon de 2 003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Les enquêtés ont été interrogés du 30 avril au 4 mai sur les aspects suivants : conditions de logement ; travail ; enfant et continuité pédagogique ; voisinage et sentiment d’isolement. (résumé par les auteurs)

* Conduite par un consortium de chercheurs de l’UMR Vitrome, du Centre d’investigation clinique Cochin-Pasteur, de l’École des hautes études en santé publique (EHESP) et de l’Observatoire régional de la santé Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’étude COCONEL vise à suivre plus spécifiquement la réponse psychologique, émotionnelle et comportementale de la population française à l’épidémie de COVID-19 et au confinement.

L’îlot ouvert enfermé : l’îlot Prairie au Duc, fabriques habitantes et relectures confinées

Aline Segons, mémoire de Master, Ensa Nantes, juin 2021

S’appuyant sur une enquête socio-anthropologique menée sur l’îlot Prairie au Duc, situé sur l’Ile de Nantes, le mémoire s’interroge sur l’habiter, et sur les impacts d’une architecture sur un quotidien. La situation de confinement est venue bousculer la manière d’y faire enquête et a agi comme un révélateur puissant des appropriations à l’œuvre et de logiques résidentielles qui s’inscrivent singulièrement dans un cadre bâti, sous contrôle du syndic.

Cet îlot a la typologie particulière d’un îlot ouvert : huit immeubles indépendants aux hauteurs variables sont disposés sur la parcelle de manière à multiplier les ouvertures en façade et dégager un espace planté en cœur d’îlot, accessible aux habitants. Par ses vis-à-vis et ses espaces communs, l’îlot ouvert met nécessairement en relation ses habitants. Le mémoire cherche à comprendre finement les processus et les modes d’habiter de ceux qui y vivent [d’après l’auteur].

Accès en ligne: https://biblio.nantes.archi.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=52450

Créer des liens plus forts

par Sylvain Germond, étudiant en L1, ENSA Nantes

Dans un premier temps, je songe à une période de repos, de ressource à la campagne. De revivre pendant un certain temps, la vie que j’avais pu avoir étant plus jeune. Dans les premières semaines, j’ai vécu cette période comme un temps d’adaptation, de reconquête avec la nature, les loisirs que j’avais pu perdre dans ma vie à Nantes. Sorties en forêt, vélo, bricolage, jardinage, grands travaux de village. Mais aussi dans la vie du logement, qui a été marquée avec une intense activité de jeux de société. Cela a permis de tous se retrouver.

Car dans mon confinement, s’ajoute en plus de mes parents, ma sœur et son copain de 21 ans, qui n’a pas pu rentrer chez lui pour son confinement. Il a déjà vécu quelques petits moments dans la maison. Ce début de période lui a permis, et nous a permis de l’intégrer dans le foyer familial et ainsi créer des liens plus forts.

Sylvain Germond, plan habité, avril 2020
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search