Archives par mot-clé : loisirs ensemble

Confinés dans un ancien moulin

par Louison Brault, étudiant en L1, ENSA Nantes

Avec le confinement mes parent ont entamé une série de travaux. La salle de bain, leur chambre et la lingerie font face à un remaniement total de le configuration mais aussi de leur décoration. On remarque alors qu’en cette période, beaucoup plus de travaux ont été entrepris en seulement un mois. Cela a créer un petit débarras temporaire, «jusqu’a la réouverture des décheteries», entre l’entrée et le salon. Cela n’est pas un problème alors que ça l’aurait été si nous n’étions pas en confinement. En effet cela est possible parce que nous n’accueillons personne, on peut alors se permettre cela le temps que la situation s’arrange.
Le salon a aussi été modifié. Comme nous l’avons vu précédemment il est
devenu un espace de travail pour mon frère et moi.
Enfin la terrasse a été aménagée de sorte à ce qu’on puisse profiter du soleil le matin. Habituellement cela ne se fait pas, puisque mes parents travaillent et partent avant le lever du soleil, nous mangeons sur l’autre terrasse le midi ou le soir en été, mais cette terrasse n’avais auparavant jamais vu de quelqu’un le matin.

Louison Brault, dessin, avril 2020

La confrontation du privé et du commun

par Lisa Bousseau, étudiante en L1, ENSA Nantes

Etant donné que les rapports avec l’extérieur sont très limités et que nous devons vivre dans notre logement encore pour plusieurs semaines, les espaces privés acquièrent une particulière importance par rapport aux espaces communs. Les chambres à l’étage sont calmes et situées aux extrémités de la maison. Elles sont donc principalement utilisées lorsque l’on souhaite s’isoler. En effet, ma soeur et moi-même les occupons pour travailler seules mais nous nous y retrouvons de plus en plus pour partager des moments à deux. La chambre des parents est occupée par mon père lorsque ma mère travaille dans le salon et ne souhaite être dérangée et inversement. Le bureau est également investi pour se retrouver plutôt seul. Ma soeur s’y installe souvent pour lire, faire du sport ou jouer de la musique. Ma mère l’occupe aussi régulièrement pour travailler ou moi-même lorsque je souhaite regarder un film en soirée. Le bureau est donc un espace du logement presque constamment investi mais sans être jamais utilisé par plusieurs membres de la famille à la fois. On le privilégie pour réaliser des activités individuelles.

D’autre part, les pièces de vie, habituellement considérées comme des espaces communs, semblent parfois accaparées par un seul membre de la famille comme c’est le cas lorsque les parents sont en réunion de travail. Nous devons donc chacun faire preuve de bon sens et s’adapter à la situation pour cohabiter au mieux ensemble. Cependant, les conflits sont parfois inévitables car la salle à manger est devenue un des espaces les plus prisés du logement. A partir de là, des interrogations peuvent surgir : Qui est le plus légitime à l’occuper ? Comment délimiter les espaces privés des espaces collectifs ?

Lisa Bousseau, plan habité, avril 2020

Confinée avec mon partenaire dans la maison de son père

par Magalie Boullay, étudiante en L1, ENSA Nantes

Ainsi mon partenaire m’a proposé de partir avec lui pour rentrer chez son père, nous ne savions pas encore que nous serions seuls chez lui. J’étais dubitative quant à l’idée de m’introduire dans la vie de sa famille pour autant de temps, de cette manière, alors que notre relation n’est pas assez longue pour ça. Mais face à la situation, ce fut la meilleure opportunité, je l’ai donc saisi. Nous avons commencé à plier bagage, remplir les voitures et nous nous préparions à partir. Ce fut stressant, l’impression d’une aventure, entre peur et adrénaline. Nous avions appris entre temps que nous serions seuls, bonne nouvelle. Ainsi, le lundi soir, après l’allocution du président, nous voilà en pleine campagne, perdu en Maine-et-Loire, dans une grande maison, pour plusieurs jours, semaines, voire mois.


Après maintenant, un mois de confinement avec mon partenaire, la crainte du début, qui était d’en avoir marre l’un de l’autre, a disparu, nous voilà bien heureux, libre même en tant de confinement. Libre de notre alimentation, ce qui n’aurait pas été le cas avec nos parents respectifs, libre d’activité physique et d’un accès à l’extérieur, ce qui aurait été impossible dans mon appartement.

Magalie Boullay, plans habités, avril 2020

Jouer ensemble pour casser la monotonie

par Thibaut Bouet, étudiant en L1, ENSA Nantes

Monotonie toujours avec les mêmes personnes pas la possibilité de se changer les idées. Et cela favorise le stress, l’angoisse et il est dur de déstresser et de se sentir mieux dans ces conditions. Nous n’avons pas trop la possibilité de changer d’environnement, de voir des amis ou de faire du sport (comme du foot que je ne peux plus pratiquer en club).

Mais j’ai l’avantage de passer mon confinement dans une maison à la campagne avec un espace extérieur et la possibilité d’aller courir en campagne ce qui est plutôt relaxant et permet un peu de se changer les idées. De plus les réseaux sociaux permettent de garder le contact avec nos amis. Mais un rapport direct avec ses amis manquent. La situation crée la perte d’un lien social qui m’est important pour me sentir bien.

Les activités avec mon frère ou en famille sont de plus en plus fréquentes pendant cette période. De nombreux jeux en famille parfois oubliés font leur retour dans la maison, et les jeux de sociétés en famille sont plus fréquents.

Thibaut Bouet, photographies, avril 2020

Confinée dans un ancien théâtre

par Margot Boudehen, étudiante en L1, ENSA Nantes

Confinement à quatre dans une maison avec jardin. Nous considérons cela comme une chance. Bien sûr la situation nous pèse, comme à tout le monde je suppose, mais nous relativisons et nous nous disons que cela pourrait être pire. En effet, comme ma mère le dit si bien : «Je le vis plutôt bien, j’ai mes enfants, j’ai tout le monde.» Nous sommes ensemble, réunis pour un petit moment, tous à la maison, et cela n’ était pas arrivé depuis plusieurs mois. Alors même si nous ne pouvons pas sortir normalement et que nous trouvons que cela commence à faire long, nous nous sommes habitués, sans ressentir, au final , un sentiment d’enfermement trop fort. Le confinement est présent par la frustration de ne pas pouvoir faire les activités du quotidien et de ne pas avoir accès à une liberté «spontanée » mais le fait de bénéficier d’une grande maison avec un jardin facilite grandement les choses. En effet, chacun a son espace où s’adonner à ses activités, « on ne se marche pas dessus».

Le logement analysé est un ancien théâtre/cinéma que nous renovons depuis environ vingt ans en utilisant le temps libre pour faire quelques travaux. Cette spécificité implique que le volume du logement est très important et que le découpage des espaces est fait par des demis-niveaux.

Margot Boudehen, plan habité, avril 2020

Ma maison n’a jamais été autant fractionnée

par Ilona Bossars, étudiante en L1, ENSA Nantes

Le confinement est calqué sur les journées habituelles, excepté le fait qu’on ne côtoie que les 4 membres de la famille présents. Une nouvelle routine s’est installée pour ne pas dérégler ces semaines. Chacun s’attèle à sa petite routine et étonnamment on ne se croise pas beaucoup, presque moins qu’habituellement . C’est logique me semble t-il ; je pense que pour ne pas faire déraper la situation il est important qu’on garde ou qu’on s’invente tous notre petite bulle d’intimité. Ma maison n’a jamais été aussi fractionnée. La chambre retrouve ses lettres de noblesses. Fini le temps ou les parents rabachent « sort de ta chambre » ; désormais c’est même une necessité. Enfin , ce n’est pas la chambre pour tout le monde mais ces coins de solitude dérangent moins. Il n’y a pas plus de conflits que d’habitude, voire cette proximité nous permettent de nous rapprocher. Tous les soirs nous réinvestissons tous la pièce de vie pour un long moment d’échange et de rigolade en famille ce qui permet de s’éloigner un peu de ce quoitidien répétitif. La différenciation des temps de travail et de pause, de jours de travail, W-E ou vacances est plutôt bien définie pour tout le monde. Nous arrivons à faire la part des choses. De manière générale, on réintroduit des activités que la routine et la vitesse du quotidien ne nous permettent pas de faire ou pour lesquelles on ne prend pas le temps.


On se surprend à lire des livres commencés il y a deux ans, bricoler un tiroir pour ranger ces chaussures qui trainent partout, ressortir un jeu de carte ou reprendre une série en attente. Après un mois le confinement pourrait être anxiogène. Mais nous en avons discuter et nous sommes tous unanime : bien que très déstabilisant, notamment socialement, nous sommes une famille plutôt casanière et ne pas pouvoir sortir n’est pas un cauchemar ; la maison est un lieu fortement habité même le W-E et les vacances, et surtout un lieu apprécié. Nous la découvrons sous un nouvel angle.

Ilona Bossars, dessins, avril 2020

Dans une maison intriguante

par Lucien Ferrec, étudiant en L1, ENSA Nantes

La terrasse s’allonge ne faisant plus qu’une seul pièce. Ainsi la
maison nous expose à des scènes différentes qui changent perpétuellement durant la journée. La terrasse devient le centre des occupations des habitants, liant activités manuelles, activités « sportives », on y mange les repas, on y travaille même. On arrive dans un monde constitué de bois, de béton, de couleurs, de végétation et d’effets sonores continu. Une grande richesse avec une simplicité essentielle. L’expérience du bâtiment passe dans cette alternance entre l’austérité et la sensibilité ; entre l’immobilité des lignes droites parallèles du bardage bois, du béton et le balancement des courbes des arbres ; entre le gris monochrome du béton et les jeux de lumière. Un monde ou les 5 sens se rencontre. Bien plus qu’un effet plastique le bâtiment à un effet de mise en scène de notre place avec l’environnement.


Le bâtiment est construit en rectangle. À l’intérieur du bâtiment, l’effet est double. Le toit semble lourd de l’extérieur pourtant les lignes des vitres semblent le faire flotter dans le vide. En semaine de travail avec ces espaces conçue par l’architecte on effectue une action prédéfini d’un bloc à un autre. Il n’y a pas de formes préconçue mais il y a une fonction, l’utilité. En période de confinement il ne s’agit plus d’utilité mais de sensations. Le passage d’un bloc à un bloc n’est plus lié à une action mais la résultante d’une expérience. Il n’est plus question d’effectuer un reflex du quotidien mais au contraire d’avoir le choix de ses propres envies.

Lucien Ferrec, photographies, avril 2020

Chaque pratique est intensifiée

par Louise Ferrari, étudiante en L1, ENSA Nantes

Nous sommes confinés à cinq dans notre maison : mes deux frères, mes parents et moi. Il semblait naturel que nous soyons confinés ensemble puisque ma famille habite ici et que je me voyais mal rester confinée à Nantes. On peut difficilement avoir un meilleur lieu de confinement que chez nous. Nous habitons au bord de la mer dans une région peu touchée par le coronavirus. Il fait plutôt beau, la maison est très spacieuse et nous avons un jardin. Malgré les raisons de notre confinement qui sont loin d’être positives, je vois ce temps comme un moment pour se retrouver en famille et avec soi. Cela permet de prendre du recul par rapport à notre quotidien, à la manière dont nous vivons.

On se rend compte que nos usages des espaces changent, certes, mais je dirais plutôt qu’ils s’intensifient. Nous utilisons tous les jours la cuisine mais en ce moment, tout le monde utilise la cuisine, pas seulement ma mère et moi. De la même manière, nous utilisons généralement ces mêmes espaces pour faire du sport dans la maison mais habituellement nous allons courir ou nous faisons du sport en club, pas ensemble, ou alors juste le week-end.
Chacun a pris ses marques dans la maison et nous l’investissons bien plus qu’habituellement. Chaque pratique est intensifiée, très souvent collective et bien plus remarquable

Louise Ferrari, coupe habitée, avril 2020

Après l’hopitâl, la maison familiale

par Luc Duval, étudiant en L1, ENSA Nantes

Pour des raisons de santé, mon début de confinement commença une semaine et demie avant le confinement national, j’ai dû être hospitalisé en urgence pour une cause autre que le coronavirus. Cette hospitalisation à été pour moi un premier exemple de confinement.
Celui-ci était quasi-total et soudain, en effet, je suis resté dans mon lit et je n’ai reçu que deux brèves visites de mes parents. Quand je suis sorti de l’hôpital, je suis directement rentré dans le domicile familiale, à cette période le confinement venait d’être appliqué.
Ce logement était en totale opposition avec la chambre que j’occupais. En effet, le logement possède un grand jardin entouré de champ ce qui donne l’impression d’être immergé dans la nature, ce qui me manquait le plus quand j’étais à l’hôpital, car le seul accès à celle-ci était une fenêtre qui restait fermé. De plus, la maison est assez grande ce qui permet d’avoir des espaces ou l’on peut se retrouver seul, ce qui était totalement impossible pour moi à l’hôpital, car je partageais ma chambre et la seule séparation que j’avais avec mon voisin était un rideau.

Ce nouveau confinement est donc beaucoup plus confortable que ma première expérience. Cependant, le virus pendant le confinement a pris une place importante dans notre vie, j’ai l’impression que l’évolution de ce virus retransmis par les chaînes info est devenu une sorte de séries que chacun des membres de la famille suit durant les repas et chaque matin. L’espace de la salle à manger est devenu le lieu privilégié pour suivre cette évolution.

Luc Duval, plan et dessins habités, avril 2020

Maintenir le lien à distance

par Yanis Djouhri , étudiant en L1, ENSA Nantes

La période de confinement pouvant être, au premier abord, perçue comme une contrainte revêt finalement des atouts non négligeables : elle permet de se recentrer sur soi, d’échanger et de consolider les liens familiaux et amicaux, de revenir aux valeurs simples et d’y prendre plaisir, de se questionner sur nos véritables envies, projets et aspirations.


Les relations de partage se tiennent à l’échelle du foyer quand tous les membres de ce dernier sont présents dans le même espace, ou bien selon des duos définis par des liens étroits ou par une proximité spatiale.
Cependant, il est primordial de ne pas négliger l’importance revêtue par les activités individuelles dans une période inédite durant laquelle la promiscuité ne découle plus de la volonté.


Il apparaît donc sage de passer du temps seul afin de pouvoir réaliser une introspection, bénéficier d’une bulle d’intimité et respecter le besoin de solitude de chacun, permettant ainsi de ne pas accroître les risques de conflits.


Les NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) permettent de maintenir ou même de reprendre contact avec les personnes qui nous sont chères et confinées à différents endroits (hexagone, étranger…) telles que ma soeur aînée, mes ami(e)s, ma proche famille…

Yanis Djouhri, étudiant en L1, avril 2020