Archives par mot-clé : nuisances sonores

Mettre en place une routine

par Mergen Chuluuntsetseg, étudiant en L1, ENSA Nantes

La vie au début du confinement n’est pas si différente que celle actuellement, en revanche elle a bien sûr tout de différent avec la vie d’avant le confinement.

Si le matin on se levait de bonne heure, il n’en est maintenant rien, au plus tôt, on se lève habituellement vers 10h, là où c’était autrefois vers 6h ou 7h. Cela n’a pas l’air de gêner qui que ce soit, même au contraire, à défaut d’aller à l’école ou au travail. Si autrefois on passait la major partie de la journée à notre lieu d’activité, maintenant nous devons la passer chez nous, en s’adaptant du mieux qu’on peut à la situation. Suivre les cours à distance, télétravail… C’est parfois difficile de se mettre à l’action quand on est chez soi. De bonnes habitudes comme des mauvaises peuvent s’installer.


Nous ne sortons pas souvent, le peu que nous sortions, c’est pour les courses. Cela a beaucoup de conséquences, on ne prend pas souvent l’air donc on ouvre les fenêtres pour laisser passer les courants d’air. Pour rester en forme, on utilise un vélo d’appartement et un tapis de course, respectivement dans le salon et dans la chambre de ma soeur.

Mergen Chuluuntsetseg, plan habité, avril 2020

S’organiser pour télétravailler

par Lino Charpentier, étudiant en L1, ENSA Nantes

«Tu peux baisser la musique là?» Entre ceux qui suivent les cours par visio conférence, ceux qui mettent la musique pour le sport et ceux qui regardent la télé, difficile de tous s’entendre dans la maison.

En effet il était nécessaire de revoir quelques espaces de la maison, principalement pour mon frère et moi. Les espaces de travail se sont donc mis en place rapidement, avec pour chacun ses qualités et ses défauts. Pour mon frère, il passe la majorité de son temps de travail dans sa chambre, pour ne pas être distrait, où sur l’ordinateur de la maison, relié à l’imprimante, quand il en a besoin. Il peut être dans le calme, pour suivre ses cours mais, il reste isolé et parfois a besoin de sortir faire une pause car ça demande beaucoup de concentration. Il nous arrive de travailler tout les deux pour que je puisse l’aider dans certaines matières.

Concernant ma manière de travailler, comme évoqué au dessus, j’ai décidé de l’installer dans la véranda, où je peux bénéficier de beaucoup de lumière et un cadre extérieur très sympa. Je me suis installé ici car j’aime bien cet endroit, je ne suis pas coupé du monde et j’ai beaucoup de place pour m’installer. En effet, j’utilise le bureau de ma chambre seulement pour l’ordinateur, ce bureau est trop petit et le siège pas du tout confortable.

Lino Charpentier, dessin, avril 2020

Confinée dans un ancien théâtre

par Margot Boudehen, étudiante en L1, ENSA Nantes

Confinement à quatre dans une maison avec jardin. Nous considérons cela comme une chance. Bien sûr la situation nous pèse, comme à tout le monde je suppose, mais nous relativisons et nous nous disons que cela pourrait être pire. En effet, comme ma mère le dit si bien : «Je le vis plutôt bien, j’ai mes enfants, j’ai tout le monde.» Nous sommes ensemble, réunis pour un petit moment, tous à la maison, et cela n’ était pas arrivé depuis plusieurs mois. Alors même si nous ne pouvons pas sortir normalement et que nous trouvons que cela commence à faire long, nous nous sommes habitués, sans ressentir, au final , un sentiment d’enfermement trop fort. Le confinement est présent par la frustration de ne pas pouvoir faire les activités du quotidien et de ne pas avoir accès à une liberté «spontanée » mais le fait de bénéficier d’une grande maison avec un jardin facilite grandement les choses. En effet, chacun a son espace où s’adonner à ses activités, « on ne se marche pas dessus».

Le logement analysé est un ancien théâtre/cinéma que nous renovons depuis environ vingt ans en utilisant le temps libre pour faire quelques travaux. Cette spécificité implique que le volume du logement est très important et que le découpage des espaces est fait par des demis-niveaux.

Margot Boudehen, plan habité, avril 2020

Ma maison n’a jamais été autant fractionnée

par Ilona Bossars, étudiante en L1, ENSA Nantes

Le confinement est calqué sur les journées habituelles, excepté le fait qu’on ne côtoie que les 4 membres de la famille présents. Une nouvelle routine s’est installée pour ne pas dérégler ces semaines. Chacun s’attèle à sa petite routine et étonnamment on ne se croise pas beaucoup, presque moins qu’habituellement . C’est logique me semble t-il ; je pense que pour ne pas faire déraper la situation il est important qu’on garde ou qu’on s’invente tous notre petite bulle d’intimité. Ma maison n’a jamais été aussi fractionnée. La chambre retrouve ses lettres de noblesses. Fini le temps ou les parents rabachent « sort de ta chambre » ; désormais c’est même une necessité. Enfin , ce n’est pas la chambre pour tout le monde mais ces coins de solitude dérangent moins. Il n’y a pas plus de conflits que d’habitude, voire cette proximité nous permettent de nous rapprocher. Tous les soirs nous réinvestissons tous la pièce de vie pour un long moment d’échange et de rigolade en famille ce qui permet de s’éloigner un peu de ce quoitidien répétitif. La différenciation des temps de travail et de pause, de jours de travail, W-E ou vacances est plutôt bien définie pour tout le monde. Nous arrivons à faire la part des choses. De manière générale, on réintroduit des activités que la routine et la vitesse du quotidien ne nous permettent pas de faire ou pour lesquelles on ne prend pas le temps.


On se surprend à lire des livres commencés il y a deux ans, bricoler un tiroir pour ranger ces chaussures qui trainent partout, ressortir un jeu de carte ou reprendre une série en attente. Après un mois le confinement pourrait être anxiogène. Mais nous en avons discuter et nous sommes tous unanime : bien que très déstabilisant, notamment socialement, nous sommes une famille plutôt casanière et ne pas pouvoir sortir n’est pas un cauchemar ; la maison est un lieu fortement habité même le W-E et les vacances, et surtout un lieu apprécié. Nous la découvrons sous un nouvel angle.

Ilona Bossars, dessins, avril 2020

Confiné chez ma nouvelle colocataire : ma copine

par Alexandre Emorine, étudiant en L1, ENSA Nantes

Pourquoi pas un défi ? Un ? Non, pourquoi pas deux ?
Premièrement, devenir bon en skate. C’est vrai, qu’au début du confinement, je ne pouvais pas faire trois mètres sans devoir finir mon élan sur les genoux. C’est pourquoi je m’efforce désormais de rester sur la planche.
Deuxièmement, rester en vie après être resté tout le confinement avec ma copine.
Il ne m’a fallut que quelques secondes pour décider. Le choix
ne fut guère difficile.
Mes parents ? C’est vrai que les revoir me ferai du bien. Avoir une
grande maison et même un jardin. De plus les repas en famille me
manquent cruellement.
A mon appartement ? J’aime me retrouver seul. Retrouver ma bonne
vieille solitude que je chéris. Personne ne vous juge ou ne vous parle,
c’est, selon moi, la meilleur façon de se relaxer : le calme.
Avec ma copine ? De toute façon je ne peux pas être séparé d’elle
trop longtemps. Et vivre une expérience aussi riche, pour mon âge,
mérite que je m’y attarde. En plus, sa coloc’ n’est pas la !
Vivre à deux.
Pourquoi je pense tout en double ? Pourquoi je réfléchis tout à deux
fois ? Pourquoi je travaille en double ? Tant de questions demeurant
sans réponses. L’avant-après est incomparable.
Je ne suis plus seul.
Jamais.
Mais qu’arrive t’il ?!

note : retrouvez le point de vue d’Anaïs, la copine d’Alexandre, dans l’article “L’arrivée d’un nouveau colocataire : son petit-copain”

Alexandre Emorine, dessin, avril 2O2O

Maintenir le lien à distance

par Yanis Djouhri , étudiant en L1, ENSA Nantes

La période de confinement pouvant être, au premier abord, perçue comme une contrainte revêt finalement des atouts non négligeables : elle permet de se recentrer sur soi, d’échanger et de consolider les liens familiaux et amicaux, de revenir aux valeurs simples et d’y prendre plaisir, de se questionner sur nos véritables envies, projets et aspirations.


Les relations de partage se tiennent à l’échelle du foyer quand tous les membres de ce dernier sont présents dans le même espace, ou bien selon des duos définis par des liens étroits ou par une proximité spatiale.
Cependant, il est primordial de ne pas négliger l’importance revêtue par les activités individuelles dans une période inédite durant laquelle la promiscuité ne découle plus de la volonté.


Il apparaît donc sage de passer du temps seul afin de pouvoir réaliser une introspection, bénéficier d’une bulle d’intimité et respecter le besoin de solitude de chacun, permettant ainsi de ne pas accroître les risques de conflits.


Les NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) permettent de maintenir ou même de reprendre contact avec les personnes qui nous sont chères et confinées à différents endroits (hexagone, étranger…) telles que ma soeur aînée, mes ami(e)s, ma proche famille…

Yanis Djouhri, étudiant en L1, avril 2020

Mère et fils en banlieue parisienne

par Martin Crégut, étudiant en L1, ENSA Nantes

Pour ce qui est de mon cas, de nombreuses habitudes ont été modifiés : je sors faire des ballade et de la course à pied régulièrement, alors que je détestais ça en temps normal par exemple. L’organisation du travail tout seul est fondamentalement différente. Le fait de ne plus côtoyer beaucoup de monde m’amène aussi à davantage prendre des nouvelles des proches, que ce soit par téléphone ou par appel vidéo.
Une amie m’a même témoigné d’une modification des endroits de repas et surtout de la durée de ceux-ci : comme quoi rien n’est définitivement figé.


Si l’on veut voir le bon côté de la chose, le confinement peut-être une occasion tout à fait unique. Il permet un gain de temps énorme, que nous ne perdons plus dans les transports par exemple. Il peut être l’occasion de rompre avec ses mauvaises habitudes, en instaurer des nouvelles,
s’approprier différents son « chez soi ». Cela peut être l’occasion de prendre plus de temps pour soi, de plus lire, faire ce qu’on a jamais le temps de faire, de plus s’observer et s’écouter …

Martin Crégut, plan habité, avril 2020

Au milieu des animaux

par Margo Garnier, étudiante en L1, ENSA Nantes

Le retour imprévu chez mes parents et par conséquent à une vie de famille a été plutôt brusque. Malgré le fait d’être quatre à vivre sous le même toit, ma soeur et moi gardons une certaine indépendance car ils nous laissent avoir nos propres heures pour toutes nos activités. J’étais plutôt satisfaite de retrouver un rythme de vie au niveau de l’alimentation car ce n’est pas du tout quelque chose que je prévois chez moi, dans mon appartement, et je mange donc souvent très tard. Avec le prolongement de la situation, même en n’ayant pas de tranches horaires habituellement strictes pour prendre des repas, le fait de ne plus pouvoir sortir pour suivre nos programmes journaliers nous déboussole. Ce décalage est maintenant devenu une habitude les jours où nous sommes tous à la maison, mais je l’apprécie parce que l’on mange en famille en prenant notre temps.

Le bruit le plus fort est celui du plus petit habitant de la maison : le perroquet. Il est jeune donc il chante, siffle et surtout crie énormément. Les discussions au sein de la famille constituent une gêne médiane pour la concentration. Enfin, les bruits de machines utilisées par mon père dans le garage sont peu audibles dans la maison.

Margo Garnier, plans habités, avril 2020

La guerre de place

par Jean Mitteault, étudiant en L1, ENSA Nantes

Dans mon logement ma sœur et ma mère travaille en télétravail, elles ont investie tout le séjour, rapporté des écrans d’ordinateur du travail, des téléphones, des dossiers… Le rez de chaussé de la maison c’est transformé en un « open space ». Leurs profession nécessite des appels constants, ma sœur travaille dans une agence d’intérim spécialisé dans le tertiaire notamment les entreprises pharmaceutiques, autrement dit en ses temps de covid elle ne manque pas de travail. Ma mère travail au conseil général et elle est chargée de répondre aux appels de personnes dans le besoin dans tout le département. L’ambiance est donc sérieuse et propice à travailler, les quelques échangent bref entre nous sont souvent coupées par une sonnerie de téléphone.

Avant d’organiser ma chambre avec un bureau d’appoint, je passais mon temps de travail dans le chaos téléphonique du rez de chaussée. En écrivant ce paragraphe je me demande encore comment je faisais. Néanmoins il m’arrive toujours d’y investir l’espace quand je dois fournir un travail graphique, c’est à mon tour de combattre leurs écrans et téléphones avec mes crayons, feutre et calques. Une vraie guerre de place est jouée sur la grande table du séjour, mais comme on peut le voir ci-dessous c’est souvent moi qui gagne…

Jean Mitteault, dessin partagé, avril 2020